Actualités Sport

Cyclisme – Jean Claude Relaha – Le championnat d’Afrique en ligne de mire

La fédération procédera bientôt à des réformes, au sein de différentes structures. L’équipe de Jean Claude Relaha compte envoyer des coureurs au championnat d’Afrique.

À son cinquième mandat, après sa reconduction à la tête de la fédération malgache de cyclisme en début décembre, Jean Claude Relaha veut apporter des changements, procéder à des réformes des structures, dans le but de promouvoir la discipline et avoir plus tard de meilleurs résultats.
Relaha a occupé ce poste du président depuis l’an 2 000 et avant, il était directeur technique national pendant les deux précédents mandats. Dans sa carrière de coureur, depuis 1975, il a raflé une quinzaine de ti­tres nationaux et quelques participations à des courses à la Réunion et Maurice, ainsi qu’une formation en URSS.
« Avant que j’intégrais la fédération en tant que DTN puis président, le championnat de Madagascar ne se tenait qu’une fois tous les quatre ans. Il n’y avait à l’époque que deux ou trois ligues (…) J’ai créé plus tard des clubs de la Jirama dans plusieurs régions, pour pouvoir créer ensuite des ligues et elles sont actuellement au nombre de neuf. Depuis que j’étais à la tête de la fédération, il y a chaque année le cham­pionnat national. Quelques années plus tard, nous avons créé même d’autres compétitions d’envergure dans notre calendrier, comme le trophée des as, le tour cycliste international de Madagascar en 2004, le Grand Prix de l’amitié depuis  trois ans », a illustré ce président des marques de ses empruntes.
Pour ce cinquième mandat, la fédération promet de continuer à inviter des coureurs étrangers à courir sur le sol malgache et d’envoyer des coureurs malgaches, à participer à des courses à l’extérieur. « Outre les deux participations au Tour de Congo, nous comptons désormais participer au championnat d’Afrique à partir de 2018 … Nous avons besoin d’au moins quatre coureurs expérimentés pour pourvoir se mesurer à ceux des grands pays du cyclisme africain comme l’Afrique du sud, le Maroc, l’Algérie et l’Égypte », a souligné Relaha.

Réformes
« Nous comptons créer un centre de formation avec l’aide de l’État, à commencer par l’intégration des jeunes coureurs au projet sport-étude à l’ANS Ampefiloha, pour qu’ils puissent suivre des formations continues (…) Nous organisons désormais des formations fédérales destinées aux entraineurs, commissaires et juges, dirigeants, et ils seront plus tard diplômés. On a constaté qu’il y a beaucoup de passionnés du cyclisme mais très peu de vrais responsables », estime ce dinosaure du cyclisme malgache.
« Nous allons imposer petit à petit les normes dans toutes les organisations de courses à venir. Et cela dans le but d’attirer encore plus les sponsors. Chaque coureur devrait être titulaire d’une licence et la carte d’assurance, pour pouvoir participer à une course », a-t-il conclu.

Serge Rasanda

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité