A la une Politique

Duel rajoelina-ravalomanana – Un débat en deux rounds

Les deux candidats auront deux chances de transformer leurs scores du premier tour et convaincre les indécis. 

Les deux qualifiés au deuxième tour de la présidentielle s’affronteront dans deux débats. Les deux dates prévues pourraient être décisives pour l’issue de la course.

Deux face-à-face. C’est ce que concocte la Commis­sion électorale nationale indépendante (CENI), la radio Madagasikara (RNM), et la Télévision Malagasy (TVM), pour ce deuxième tour de l’élection présidentielle.
Sauf changement, les candidats Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, auront au programme de leur campagne électorale respective deux séances de débats diffusés simultanément par la RNM et la TVM. La première échéance est annoncée pour le 9 décembre. La seconde se tiendra la veille de la clôture de la période de propagande, soit le 16 décembre. Selon Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI, le format du débat ne devrait pas être différent du celui du premier tour.
Durant les débats télévisés et radiodiffusés du premier tour, chaque candidat disposait d’un temps imparti pour qu’il puisse expliquer son programme et faire part de ses idées sur un thème donné à l’avance par les modérateurs. Un format qui ne permettait pas les échanges contradictoires, mais laissant place à un long mono­logue des candidats. Les thématiques, par ailleurs, étaient trop larges et manquaient de cohérence, laissant souvent le public sur sa faim.
« Nous voulons éviter les dérapages », explique le vice-président de la CENI. Les rendez-vous hebdomadaires avec les candidats manquaient de peps. Avec des éléments de langage déjà fignolés, les candidats ne brillaient pas par la spontanéité.
Les quelques rares échanges contradictoires devenaient rapidement invectives. Les candidats, de prime abord, avaient peu d’arguments techniques et politique une fois poussés hors de leur zone de confort.
Une attitude et des idées
Attaquer son vis-à-vis est, certes, une formule qui, dans certains cas, peut permettre de prendre le dessus dans un débat. Lors du débat du 3 novembre, où ils étaient parmi les participants, aux côtés d’autres prétendants à la magistrature suprême, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana se sont adonnés à des joutes verbales. Des agressions mutuelles qui ont, pourtant, profité aux autres candidats qui se sont immiscé dans la mêlée.
Ils ont mis dos-à-dos les deux anciens chefs d’État quant à leur responsabilité dans l’enlisement du pays dans la pauvreté.
Le vécu électoral de 2013, indique, pourtant, que les débats durant le deuxième tour de l’élection présidentielle peuvent être décisifs. Le second débat entre les candidats Jean Louis Robinson et Hery Rajao­narimam­pianina, à l’époque a été vu par les observateurs comme ayant fait basculer la balance en faveur du second le jour du vote.
Ce débat a contredit l’idée qu’attaquer son vis-à-vis était une bonne stratégie. Un fait confirmé en France par la déroute de Marine Lepen, candidate à l’élection présidentielle française en 2017 qui lors du dernier débat face à Emmanuel Macron, au deuxième tour n’a eu comme argument que les invectives.
Pour en revenir à la présidentielle de 2013, le dernier face-à-face entre les deux finalistes a, également, contribué à orienter le choix des indécis.
Plus que la verve dans les échanges, le public attendra donc, des candidats numéro 13 et numéro 25 des argumentations techniques, précises, une posture politique claire. Au-delà des langages populistes, des solutions concrètes aux maux de la société, ainsi qu’une attitude et des idées dignes d’un prétendant à la magistrature suprême devront être privilégiées.

13 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

    • Tsy sahy hanao « débat » zany io N° 13 io satria iza koa no hino fa ho lasa tahaka an’i Miami i Toamasina ? Zany ve mba « sérieux » ramalagasy? hihihi !

  • Mazava ho azy fa izay minia mikipy tsy hanatrika io dia hita fa tsy manana fahavononana sy fitiavan-tanindrazana! Tsy sahy miatrika ny vahoaka malagasy tsinona!!!

  • ce débat est très attendu par tout le monde, andry rajoelina n’a pas peur de faire un débat avec ravalomanana, les peuples va apprécier pendant ce débat télévisé ce qui mérite d’être président de Madagascar

    • Samy efa manana dossier maloto ireo eo imason’ny vahoaka ary samy hiezaka hanadio tena indray! Ho hita ie izay mahatàna ny teniny ka vonona hanonitra ny zava-bitany teo aloha!!!!

  • ilaina ny fanatrehana izao fiaonana izao, ary aleo ny hevitra no hiady fa tsy ny vahoaka, amiko, tsy maintsy iray amin’areo no hitondra eto ka aoka ny hampandrosoana ny firenena no hifaninanana.

  • Ny omaly tsy miova ity e!!ny tonta ihany no mivadibadika eto. Na ny andaniny na ny ankilany dia efa samy teo daholo no tsy nahavita fa namotika sy nandatsaka antsika tao anaty fahantrana fotsiny. Tsy manan-tsafidy intsony ny malagasy

  • Efa samy teo amin’ny fitondrana na i Marc na i Rajoelina,izany hoe mila manao jeri-todika ny zavatra vitan’izy ireo isika vahoaka hoe tsara sa ratsy ,izany hoe mila mandinika isika hoe izy amin’izy roa ireo no mbola mendrika hitondra ny firenena.

  • Eto no ahita hoe iza tokoa amin’izy roalahy ireo no tena manana vina matotra sy mivaingana ary azo tanterahina eto Mada. Tsy mora tokoa mantsy ny mandresy lahatra ny olona maro, ary ny malagasy dia efa mandinika tsara fa tsy mora varotana intsony mantsy.

  • Hâte d’assister Hâte d’entendre ce grand débat! Marc ravalomanana va bien pleurer parc qu’il ne supporte pas ANR qui est calme et qui dit la vérité! Tout le monde à bien hâte de ce débat et on verra bien La tête que fera Marc Ravalo face à ANR! Et CES qui disent qu’ANR a peur de RAVALO!

  • Tous les partisans des 2 parties attendent impatiemment ce duel, car chacun d’eux avait des stratégies différentes pour pour mener le défit. c’est toujours l’ANR qui gagne des point d’avance par son plan émergent qui semble être pertinent et efficace.