Actualités Faits divers

Insécurité – Chasse meurtrière aux bandits à Belo

Pendant deux soirs successifs, des coups de feu ont éclaté en plein centre de Belo-sur-Tsiribihina. Quatre individus sont tombés sous les balles des gendarmes.

Une onde de choc secoue le chef lieu de district de Belo-sur-Tsiribihina. Depuis lundi, les forces de gendarmerie frappent d’une main de fer, tuant quatre individus armés. Une flambée d’actes de banditisme ayant provoqué un séisme dans les environs a déclenché cette chasse à l’homme.
«Le comité d’autodéfense villageois est opérationnel depuis longtemps mais les bandits continuent néanmoins de faire parler d’eux. Sachant que le fokonolona ne se déploie qu’à des heures tardives de la nuit vers 22 heures pour faire sa ronde, les bandes armées ont ajusté leur mode opératoire en conséquence pour sévir dès la tombée de la nuit», lance le commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale de Belo sur Tsiribihina, «Pour déjouer leurs coups, il a fallu réorganiser les patrouilles ».

Nouveau dispositif
Depuis moins de deux semaines, le comité local de sécurité a reçu la consigne d’avancer à 19 heures leurs rondes nocturnes. Mobilisés 2 heures avant leur déploiement, des gendarmes de la brigade sont pour leur part sur terrain dès 17 heures.  « Ce nouveau dispositif s’est avéré payant», poursuit le gradé de la gendarmerie.
Lundi soir vers 19h 30, un affrontement sérieux a secoué la ville lorsqu’un gang armé s’est retrouvé nez-à-nez avec les forces de gendarmerie. À l’issue de cette fusillade, deux membres de la bande sont tombés sous les balles des gendarmes armes à la main. Leurs compères ont en revanche réussi à s’enfuir en profitant de l’obscurité.
Pas plus tard qu’avant-hier, en début de soirée, les balles ont sifflé aux oreilles lorsque qu’une escouade de bandits s’est mesurée à une unité de patrouille constituée de gendarmes. Les échanges de coups de feu qui se sont ensuivis ont fait deux autres morts dans les rangs des suspects,portant à quatre le nombre d’individus abattus en deux jours.
Afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de confusion pouvant faire des victimes innocentes mais aussi en guise de prévention des actes de banditisme susceptibles de se commettre, la gendarmerie mène une sensibilisation sur la fermeture des commerces ainsi que des débits de boissons à des heures raisonnables.

Andry Manase