Region

NOSY BE – De l’électricité et de l’eau potable pour l’île aux Parfums

Journée marathon mardi pour le président de la République Hery Rajaonarimampianina à Nosy Be, où il a procédé à une série d’inaugurations en un temps record.

Après la région SAVA, cap sur Nosy Be, afin de renforcer la crédibilité du régime en présentant ses réalisations à la population. Le Président n’a pas chômé en faisant le tour de l’ile aux Parfums en un tour d’horloge. L’on a même remarqué que les trois cérémonies ont été écourtées.
Néanmoins, l’occasion a permis au candidat numéro 12 à la prochaine présidentielle d’investir le terrain. De l’aéroport de Fascène, la délégation présidentielle s’est directement dirigée vers Ankalampo, un village situé à 30 km de Hellville. Là, Hery Rajaonari­mampianina a posé la première pierre d’une centrale solaire, une nouvelle avancée de Nosy Be dans la transition énergétique.
Ce projet, qui s’étend sur un site de 10 ha pour une puissance de 5 mégawatts, verra le jour en 2019. La centrale couvrira les besoins en électricité de la moitié des ménages nosybéens.
« Actuellement, la Jirama ne peut offrir que 5 mégas à la pointe pour satisfaire les besoins, alors que ce n’est que la moitié. Ainsi, l’installation d’une centrale solaire de ce genre devrait lui permettre d’augmenter la production et de réduire le coût », explique le directeur général de la société.
Il a précisé qu’elle est différente des autres avec l’utilisation de batteries afin de stabiliser la production. Son exploitation se fera ainsi en alternance avec la centrale thermique existante.
« Nous sommes en pleine phase d’exploitation des énergies renouvelables. La construction de centrales solaires touchera quarante cinq villes, car elles répondent aux aspirations du peuple concernant la baisse du coût de production, l’accès à l’électricité et la protection de l’environnement », explique le président Hery Rajaonarimampianina.

Desservir en eau
Avant de rencontrer la population nosybéenne à Antranomanohina-Ambonara où s’est déroulée l’inauguration d’un réservoir d’eau, il a fait un saut à Hellville pour couper le ruban à l’entrée du nouveau Centre fiscal de l’île. Une infrastructure de proximité qui simplifiera le système fiscal afin de servir au mieux le contribuable.

La dernière étape de son déplacement a permis au Président et sa suite, de voir la concrétisation du projet d’amélioration de l’alimentation en eau du Centre hospitalier du district de Nosy Be et des quartiers environnants. Les travaux ont duré huit mois et ont coûté 1 731 000 000 ariary, provenant des fonds propres de la Jirama et des surtaxes de la commune urbaine de Nosy Be.

Le directeur général de la Jirama a indiqué que l’objectif est de desservir en eau, en débit et en pressions suffisants l’hôpital et les quartiers de la zone haute. Pour la population de Nosy Be, c’est la fin d’un cauchemar car désormais, elle n’aura plus de problème d’approvisionnement en eau potable.
Les travaux effectués comprenaient la construction d’une bâche de 120 m3, raccordée au réseau principal en fonte DN 250, provenant de la station d’Amparibe. À cela s’ajoute la construction de la salle de surpression qui abrite deux pompes de 60 m3/ h à 120 m.

Selon les techniciens, outre la pose de la conduite de refoulement d’eau traitée en FGD DN150 de 1950 m de longueur, un réservoir circulaire de 500m3, semi enterré, a été bâti sur la colline Nord-Vigie. « Cet investissement répond à vos doléances concernant les difficultés liées à l’approvisionnement en eau potable», rappelle le Président.

Touchant un mot sur la Sirama, le président Hery Rajaonarimampianina a promis que l’État oeuvera pour pérenniser cette usine, poumon de l’île aux Parfums et redorera son blason pour qu’elle retrouvre son lustre d’antan.

Il a aussi saisi l’occasion pour lancer une pique à ceux qui trouvent toujours quelque chose à redire sur ses actions, alors qu’ils n’ont rien entrepris.

Il a conclu sa brève intervention par un appel à arrêter toute forme d’incitation à la haine, à la violence et au terrorisme. « En cette période électorale, le pays a plus que jamais besoin de paix et de stabilité, conditions sine qua non au développement. »