Culture

Jeu de société – Le nouveau jeu« i-Tsycoolkoly » éduque contre la corruption

Faire connaître les infractions de corruptions et des peines encourues. Ce sont les objectifs de ce nouveau jeu de société présenté officiellement par l’ONG Tolotsoa.
Brillante idée. Le nouveau jeu « i-Tsycoolkoly » a été présenté officiellement par ses créateurs au Tahala Rarihasina à Analakely, hier. L’idée revient à Andrianina Razanakoto, Privat Fabien Miadana, Andonantenaina Rafanjarison et Julie Edesse Manandraharisoa, les quatre têtes pensantes de ce projet épaulées par l’ONG Tolotsoa pour qui ils œuvrent. Avec un bon état d’esprit, ils ont expliqué à l’assistance la genèse, la raison d’être, les règles du jeu, les cibles de leur nouvelle trouvaille, avant de l’inviter à jouer une partie.

« Le jeu i-Tsycoolkoly est la suite des actions menées par l’ONG Tolotsoa. Après Tsycoolkoly, une campagne que nous avons faite depuis 2015 incitant les gens à dénoncer la corruption sur le site internet www.tsycoolkoly.org, nous voulons sensibiliser les jeunes à mieux connaître cette grande plaie qui ruine notre pays. À travers le jeu, le message passe facilement. De-là est né ce jeu de société i-Tsycoolkoly. Il sensibilise à une culture générale de la lutte contre la corruption et fait connaître les infractions de corruptions et infractions assimilées existantes, avec un aperçu des peines encourues pour chaque infraction. Il a pour objectif de développer l’intégrité des joueurs », explique Privat Fabien Miadana, coordinateur à l’ONG Tolotsoa.

« i-Tsycoolkoly » s’adresse aux plus de quinze ans. Il se joue à deux jusqu’à six personnes en plus d’un administrateur qui contrôle le déroulement du jeu. Entre le Monopoly et Le jeu de l’oie, « i-Tsycoolkoly » est éducatif et amusant. Chaque joueur commence par la case de départ « Ndao Ary e » et évolue dans un cercle à plusieurs cases. À tour de rôle, leur pion avance au nombre de cases correspondant au chiffre qu’affichent le dé lancé par le joueur. Les cases illustrent un modèle de vie active. Huit cartes de propriété, trente-et-une cartes « petit bonhomme », trente-neuf cartes « types de corruption », vingt-et-une cartes « quiz », trente-neuf cartes
« décision du juge » et la somme de cent quatre vingt dix TCK, la monnaie utilisée, composent le jeu.

Maximum d’intégrité
Chaque joueur commence avec zéro point d’intégrité et reçoit chacun une valeur de 500 TCK, pour la partie. Terrains, maisons, voitures s’acquièrent auprès de l’administration au prix affiché et les adversaires paient une certaine somme à chaque passage dans une case déjà acquise. À l’arrêt sur une case « petit bonhomme », le joueur doit piocher une carte et suivre les indications mentionnées. Il pourra augmenter ou diminuer ses points d’intégrité ou être demandé de payer ou de percevoir de l’argent. Un arrêt sur les cases « Kolikoly » renvoie en prison et fait perdre un tour au joueur. Il doit piocher une carte « types de corruption » pour voir quelle infraction il a commise, et l’administrateur prononce le peine correspondante faisant diminuer ses points d’intégrité, dépossédés de ses biens, ou être contraint de payer une amende.
« i-Tsycoolkoly » va être présenté dans les établissements scolaires et les autres institutions publiques et privées où sont présents ses cibles. « Ce jeu n’est pas destiné à la vente. Nous allons créer sa version en ligne prochainement pour que tout le monde puisse en profiter », conclut Privat Fabien Miadana.