Social

Grève des enseignants – Forcing des manifestants à Anosy

Violent. Les syndicats des enseignants et les enseignants en grève ont forcé l’entrée dans la cour du siège du ministère de l’Éducation nationale (MEN) à Anosy, hier. Ils ont secoué le portail que les responsables du ministère ont fermé de l’intérieur, après la perturbation que ces manifestants y ont provoqué, lundi. « Nous avons le droit de manifester dans l’enceinte du ministère. Ne voulant pas bloquer la circulation, nous sommes entrés dans l’enceinte, alors que le portail a été fermé. Nous avons même entendu dire que nous n’avons pas le droit d’y entrer », a souligné un enseignant.
Ces manifestants ne se sont pas contentés de défoncer le portail. Après s’être introduits dans l’enceinte du ministère, ils ont mis le feu sur une banderole qui a indiqué « Avelao hiasa izahay » (laissez nous travailler). Les techniciens réclament la cessation de ces perturbations mentales pour qu’ils puissent poursuivre les activités du ministère. « Nous demandons à tout un chacun de penser à l’avenir des enfants », a lancé le Dr Todisoa Andriamam­pandry, directeur général de l’Éducation fondamentale et de l’alphabétisation auprès du MEN, dans une conférence de presse, lundi.
L’intervention du député pro-pouvoir, Harijaona Randriamalala, a envenimé la situation à Anosy. La tension est monté d’un cran, lorsque les manifestants ont constaté ce dernier dans l’enceinte du MEN. « Il ne doit pas s’immiscer dans nos affaires, il n’a rien à faire ici », crient-ils. Des éléments des force de l’ordre ont été aperçus sur place.
Ces enseignants réclament l’amélioration de leurs conditions, à savoir, la hausse des indemnités de craie, de logement, l’alignement de la grille indiciaire. Le ministère martèle que ces décisions ne se règlent pas à son niveau. « Les manifestants doivent respecter le choix de ceux qui décident de travailler. Comme nous respectons le choix de ceux qui décident de faire la grève, car c’est leur droit », conclut Anatole Ralison, directeur du cabinet du MEN.
Miangaly Ralitera

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité