Actualités Social

Épidémie – La situation de la peste s'améliore

La fin de l’épidémie est déclarée pour une vingtaine de districts sanitaires sur les quarante-cinq foyers. La lutte contre l’épidémie ne s’achève qu’en avril.

Optimiste. Le ministère de la Santé publique annonce une diminution significative du nombre de cas de peste, ces derniers temps. Son personnel est plutôt optimiste. « C’est le début de la fin de l’épidémie si on maintient la vigilance », a annoncé le Dr Mahery Ratsitorahana, directeur de la Veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE) au sein du ministère de la Santé publique, lors d’une conférence de presse sur la situation de peste à Tsaralalàna, hier.
Sur les quarante-cinq districts sanitaires où des cas de peste ont été répertoriés, vingt-deux sont sortis de l’épidémie. Sept sont à une semaine de la fin de l’épidémie et seize des foyers actifs, selon le rapport du ministère de la Santé publique.
« Une fin d’épidémie est expliquée par la fin de la chaîne de transmission par le cas index. C’est-à-dire qu’il n’y a plus de nouveaux cas autour du cas index, durant les sept jours d’incubation de la bactérie », explique le secrétaire général du ministère, le Dr Joséa Ratsirarson.
Selon le dernier bilan envoyé par le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), aucun décès n’a été enregistré en deux jours dans tout Madagascar.

Réapparition de cas
Le nombre de décès demeure ainsi à cent vingt-six, avec les deux décès dans deux hôpitaux d’Antanana-rivo, mercredi. Le nombre de malades sous traitement ont diminué à cent quarante et un, hier, contre cent cinquante et un, le 26 octobre. Les nouveaux cas admis dans des formations sanitaires, à la date du 27 octobre, sont de vingt et un.
Selon le directeur de la Promotion de la Santé, le Dr Manitra Rakotoarivony, les différentes interventions et les implications de tous, ont permis cette évolution. Malgré tout, la vigilance est toujours de rigueur. Cinq districts où la fin de l’épidémie a été déjà annoncée, il y a quelques jours, ont rechuté dans la liste des foyers actifs. De nouveaux cas y sont réapparus. Il est ainsi probable que des cas surviennent au niveau de la communauté, sans être répertoriés, qu’à leur décès seulement. Les sensibilisations devraient ainsi continuer, surtout que beaucoup de personnes ne croient pas encore à cette maladie qui a déjà touché un millier de personnes, depuis le premier cas le 15 août.

Inhumation du corps à Tanjombato

Enfin, le ministère de la Santé publique et la commune rurale de Tanjombato ont pu inhumer dans la fosse commune de Tanjombato, la femme décédée dans un hôpital, mercredi, et déclarée comme un cas probable de peste, hier, selon le ministère. Sa famille ainsi que les voisins, appelés par une proche de la défunte pour empêcher cet acte, ont cédé. Toutes les personnes en contact avec la dépouille auraient été mises sous chimioprophylaxie. Aucun nouveau cas ne devrait ainsi apparaître, dans ce quartier.

Miangaly Ralitera