Economie

Toliara Sands – Un projet en péril

Les manifestations persistent à Toliara pour contester le projet d’extraction d’ilménite à Toliara. Des dessous politiques en filigrane.

Débordement. La demande de permis unique pour la recherche et l’exploitation, pour une seule délimitation de carré minier, accordée, dernièrement par l’État malgache au projet Toliara Sands devient la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Le vase du député de Toliara I, Siteny Andrianasoloniako et celui d’associations de natifs de Toliara qui n’ont cessé de manifester depuis le 7 août. «Je me manifeste maintenant parce que c’est seulement maintenant que j’apprends à quel point ce projet constitue un danger pour les communautés locales», nous répond-il hier au téléphone. «Cette compagnie n’a jamais révélé la vérité sur les impacts néfastes des exploitations d’ilménite à Ranobe», ajoute-t-il.
Le parlementaire parle d’effets radioactifs, de déforestation, de disparition de milliers de baobabs, de perte d’emplois notamment des pêcheurs de la Batterie, où sera implanté le port. Les contestations se sont estompées en 2017 mais reprennent de nouveau car, ainsi, d’autres informations n’ont pas été divulguées. Les avis divergent dans cette situation qui dérange.

Explications
D’autres avancent que ceux qui manifestent dans la rue, sont des gens manipulés. «Beaucoup ne comprennent même pas en profondeur les enjeux de la situation. Ils ont essayé de bloquer le passage vers le site d’essai d’exploitation à Ranobe», ajoutent-ils. On apprend que pour l’heure, face à ces incitations, les représentants du projet Toliara Sands n’ont ni répondu, ni appelé les forces de l’ordre.

«À l’approche des élections, des manœuvres se dessinent pour gagner encore plus le cœur des électeurs et encore plus d’argent», argumente un «olobe», notable de la commune d’Ankili­malinike. Toujours est-il que ces agitations entraînent du retard dans le chronogramme d’extraction prévue à l’horizon 2020-2021. «La délivrance des six types de permis, de recherche, environnemental et communiquée à la population de Toliara, au mois d’octobre de l’année dernière, n’a pas crée autant de remous». Le projet Toliara Sands, n’a pas voulu répondre à nos demandes d’informations. Le ministère des Mines et du pétrole fait savoir que Toliara Sands est un projet privé. C’est pour ainsi dire que la compagnie minière, gère, à sa façon la situation. Les sources locales contactées précisent pourtant que le cahier de charge n’est pas assez expliqué aux populations. Ce manque d’explications met en danger tout l’investissement de la compagnie minière. Près de 300 millions de dollars ont été apportés par le projet Ranobe d’extraction d’ilménite, de zircon et de ritule, à cheval entre la commune d’Ankilimalinike et de Tsianisiha. Les explorations ont commencé en 1998. 900 millions de dollars de revenu total seront versés à l’État dans les vingt prochaines années. 12 millions de tonnes de minerais seront exploitées durant la période du projet, défini, jusqu’à 60 ans. 600 000 tonnes de production annuelle sont attendues.

 

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Raha jerena kosa ny mety ho tombontsoa an’ireo mponina dia maro. Miteraka asa ho an’izy ireo izany saingy indrisy moa fa ny mpandoto rano no betsaka.

  • A ma connaissance,la technologie d’extraction d’ilménite est sécurisante pour le personnel.En effet,la nouvelle technologie n’extraie plus le monazite à l’origine de radiation. Il reste au sol à l’état naturel. Les produits extraits (Ilménite, zircon et rutile) sont sains et sans danger, surtout pour le personne technique qui est exposé directement à la production.Le problème soulevé a été soulevé il y a 40 ans de cela,en fait la population en général n’a jamais été touchée par cette radiation, seul le personnel pourrait être exposé. Il est clair,qu’ il s’agit d’une déstabilisation du secteur minier dans le sud perpétré par des politiciens qui étonnent les spécialistes, chercheurs, les experts de Toliara sands, appelés BASE. Ces politiciens doivent lire le PGE de cette société qui se trouve sur leur site et où les résultats des recherches y sont exposés.De plus, les acheteurs n’achèteront jamais des produits irradiés, contaminés. L’administration interdit l’exportation des produits irradiés. Donc, les arguments de ces politiciens sont faux et sans fondement sur le plan technique.L’objectif de ces politiciens sont ailleurs.

  • L’eau utilisée par la population de Toliara provient des eaux de surface et nappes phréatiques.Celles qui seront utilisées par Base (ou ex Toliara Sands) sont issues des eaux emprisonnées dans des roches calcaires approvisionnées en amont dans la zone de Sakaraha. Ces trois catégories d’eau s’écoulent à la mer suivant leur niveau de ruissellement. La contamination soulevée est infondée,les résultats de recherche effectués par des organismes de notoriété internationale, des chercheurs ont déjà fait leur proposition sur le PGE qui a été accepté par l’Etat.Ces politiciens sont-ils plus compétents que ces chercheurs et experts ? ces derniers ont d’autres objectifs, QMM et Base sont leur souffre- douleurs. Nous encourageons les deux sociétés de tenir le cap en s’intégrant bien dans les communautés car la lutte contre le chômage récurrent dans cette partie de Madagascar en dépend. Dommage que cette frange de la population les suit aveuglement sans tenir compte des impacts sociaux sur leurs enfants qui cherchent du travail. 3000 emplois sont déjà perdus dans cette région, dans le secteur minier à cause du comportement de ces politiciens. Que dire de plus !

  • Ny orinasa tahaka itony no tokony omena sehatra eto Madagasikara nefa moa tsy tontosa ilay izy nohon’y zavatra tsy nampoizina, tsy ilaza hafa tsy tombotsoa marobe hoan’ny mponina sy ny commune fotsiny isika fa de tena fandrosoana no aterany.

  • Pour plus de précisions, l’usine qui sera installée à Ranobe est la réplique technique de celle de Kwale au Kenya.Depuis son fonctionnement , personne n’a été malade ( ni le personnel , ni la population) alors que le transport d’ilménite traverse plusieurs villes et villages sur une route nationale jusqu’au port de Likoni, en face de Mombassa.Nous confirmons que le monazite responsable de la radiation reste au sol à l’état naturel avec la nouvelle technologie qu’avait adoptée BASE TITANIUM. Un dernier contrôle este effectué avant le transport sur camion. Pour le cas de Madagascar, même l’envoi d’un échantillon exige la présentation d’une attestation de non contamination délivrée par INSTN ou organisme équivalent.Aucune compagnie aérienne ne prend votre échantillon sans la présentation de cette attestation.En cas d’exportation massive, chaque expédition maritime est accompagnée de cette attestation. Nous sommes étonnés des déclarations de ces associations qui ne présentent pas les résultats scientifiques de ce qu’ils avancent.Nous avons confiance à nos experts et organismes spécialistes d’Ilménite.Le personnel qui est en face de ces produits ne s’inquiète pas du tout. La fermeture de QMM ou de BASE est un suicide économique.Ces politiciens sont -ils des irresponsables ? ou leur objectif est ailleurs ?