Social

Infrastructure routière – Les coopératives de la RN2 à Andohatapenaka

Les transporteurs de la RN2 reliant Toamasina et Antananarivo seront tous transférés à la gare routière d’Andohatapenaka. «Une note du ministère de Transport et de la météorologie sortira bientôt. Les coopératives opérant au stationnement d’Ambodivona seront tous transférées à la gare routière d’Andohatapenaka même les gares routières privées. Il a été constaté que l’implantation de ces gares routières privées empêchent les autres coopératives au bord des rues de déménager», affirme Fredinard Rakotondrafara, président de l’Association des transporteurs de Madagascar (Astram). Certains transporteurs d’Ambodivona ont déjà présenté cette option afin d’éviter l’éloignement.

«La construction de cette infrastructure routière n’est pas un problème, mais un signe de développement. Nous ne refusons pas de déménager à Ambohimanambola mais nous exigeons toujours à ce qu’aucune coopérative ne soit à l’écart de cette décision. Si d’autres coopératives veulent rester, alors toutes les coopératives restent aussi. Nous optons pour Andohatapenaka s’il faut vraiment se déplacer. La plupart de nos passagers sont des commerçants. Et ils dépensent plus d’argent dans le transport des marchandises de Behoririka à Ambohimanambola», affirme un responsable de coopérative à Ambodivona qui a requis l’anonymat.
Prêt pour le déménagement
Les transporteurs de la RN7, RN34, eux, sont prêts pour le déménagement à la gare routière d’Ambohimanambola même si la date de transfert n’est pas encore précisée. L’inaugu-ration se déroulera bientôt. «L’inauguration de la gare routière d’Ambohimanambola devait se tenir ce jour mais nous attendons encore le retour du président de la République, Hery Rajaonarimampianina qui est parti en tournée. 90% des transporteurs n’attendent que cette inauguration pour passer au transfert vers cette gare routière. Ceux qui s’opposent à la réalisation de ce projet sont les gargotiers, les marchands ambulants et les rabatteurs qui devront dégager aussi de la propriété de Fasan’ny Karàna », ajoute Fredinard Rakoton-drafara.