L'Express de Madagascar

Présidentielle – Le SEMPAMA présente « son » candidat

« Une prise de responsabilité ». C’est la raison avancée par le Syndicat des enseignants de Madagascar (SEMPAMA), à sa décision de présenter « son » candidat à l’élection présidentielle. Une décision prise à l’issue de son conseil national de deux jours, les 24 et 25 juillet à l’Institut national de formation pédagogique (INFP), Mahamasina.
Comme porte-fanion, lors de la course à la magistrature suprême, le SEMPAMA choisit Claude Raharovoatra, son président national.
Contacté, il déclare, « sur le principe, j’accepte le choix du syndicat ». Lors d’un entretien téléphonique il explique que le Syndicat des enseignants a décidé d’avoir son propre candidat car « les enseignants ont ras-le-bol d’être des pions que les politiciens utilisent pour accéder au pouvoir et s’y accrocher ».
Dans une interview publiée dans l’Hebdo de l’Express de Madagascar, il y a quelque temps, Claude Raharovoatra a déjà annoncé que le SEMPAMA aura un candidat lors de la présidentielle. « Nous avons décidé d’agir pour changer les choses dès le 5 octobre 2014. Il ne s’agit pas de faire une révolution ou de mener une révolte, mais utiliser un autre moyen. La décision de présenter un candidat est donc notre prise de responsabilité dans ce sens », a-t-il indiqué lors de la conversation téléphonique d’hier.
Confiant d’avoir la force politique nécessaire pour ravir la magistrature suprême, le SEMPAMA soulève l’exemple de pays comme le Brésil où les syndicats ont porté Lula Da Silva, l’un de leurs leaders jusqu’à la présidence. La prétention du Syndicat des enseignants se heurterait, toutefois, à des limites financières. Après une consultation de tous les enseignants de la Grande île sur l’intention de présenter Claude Raharovoatra comme candidat, un conseil national extraordinaire serait organisé pour décider de la manière de financer sa candidature et sa campagne.