Social

Antananarivo – Les transporteurs perturbent le service public

Les transporteurs en commun ont imposé leur loi dans les voies publiques. Les usagers ont fait leur chemin à pied.
Manifestation violente des transporteurs. Ils sont allés jusqu’au bout pour priver la population d’Antananarivo de transport en commun, hier. Des chauffeurs et des receveurs de bus en grève ont jeté des pierres sur des véhicules de transport assurant ce service public, pour les obliger à s’arrêter. « Les pare-brises de trois véhicules sont cassés, à la suite de cette manifestation, selon le rapport que j’ai reçu, ce jour. Les auteurs ne sont autres que des chauffeurs et des receveurs. Ils étaient fâchés contre leurs collègues qui n’ont pas respecté les consignes. Cette grève n’était pourtant pas obligatoire», explique Fidy Rakotoari­manana, président de l’Union des coopératives de transport suburbain (UCTS), hier.
Ces violences se sont produites un peu partout dans la ville d’Antananarivo et ses périphéries, comme à Ankadikely-Ilafy, à Ambohi­mangakely, ou encore à Ankadimbahoaka. Ceux qui ne détruisaient pas avaient bloqué les routes pour empêcher les véhicules de circuler. D’Itaosy à Ampasika, à Ampasampito, aux 67 Ha, ces transporteurs ont forcé les bus des lignes 163, 194, 165, 109, E, à s’arrêter et leurs passagers à sortir du véhicule. Pour éviter la casse, ceux qui ont assuré le transport ont enlevé leur plaque.

À pied
Les usagers des transports en commun ont, donc, fait leur chemin à pied. D’Ivato à Andohatapenaka, de Mahazo au centre-ville, de Tanjombato à Anosy, les piétons étaient nombreux à se plaindre de la fatigue et beaucoup n’ont pas pu rejoindre leur lieu de travail.
Ces transporteurs revendiquent le paiement de leur compensation, la baisse du prix du carburant, la réhabilitation des routes dans la ville d’Antananarivo qui engendrent une grande perte pour eux. Le ministère du Transport et de la météorologie (MTM) promet de verser incessamment leur compensation. «Un milliard huit cent soixante-cinq
millions d’ariary seront débloqués pour leur compensation. Les processus sont en cours », lance Landry Ramarojhon, secrétaire général du MTM. Les transporteurs reprendront leurs activités, ce jour.