Region

Ambohimasina Betafo – Deux individus terrorisant le fokonolona tués

Deux personnes ayant troublé la quiétude d’un village dans le district de Betafo ont subi une vindicte populaire.

Ils se croyaient intouchables et agissaient en terre conquise. Mais les villageois ont, à la fin, osé les contrer et les ont massacrés.

Encore des victimes de la vindicte populaire. Deux hommes qui ont terrorisé et menacé de sévices, pendant des mois, les habitants du village d’Antsomangana, dans la commune rurale d’Ambohimasina, district de Betafo sont morts, la semaine dernière, des suites des coups infligés par une population en colère.
En fait, les deux individus étaient apparus dans ce fokontany pendant des mois en y créant une atmosphère de terreur et de diktat. Par exemple, ils exigeaient de l’argent auprès de personnes ou que l’on cuisât leur repas sous la menace de mort. D’autres fois, ils violaient les femmes surprises dans les champs. Toutefois, personne n’osait se rebiffer et se taisait alors. À cause de cette peur, les victimes ne les ont pas dénoncés auprès des autorités compétentes.
Mais quelques jours avant cette vengeance populaire, une famille a enfin rapporté les agissements criminels des deux individus chez le maire d’Ambohimasina. Justement, les deux malfaiteurs ont projeté de la dépouiller, en lui exigeant de leur remettre une somme de 2,4 millions ariary ainsi que les bœufs et les cochons que cette famille, relativement aisée, éleve.
« Les deux individus ont menacé d’exterminer cette famille au cours d’une attaque du village qu’ils effectueraient si elle ne satisfaisait pas leurs exigences», a raconté Gilbert Randria­mahenina, maire de la commune d’Ambohi­masina.
En nombre
Une fois les malfaiteurs partis après avoir proféré leur menace, la famille a rameuté le fokonolona d’Antsomangana pour qu’il se défende contre les deux hommes. C’est au cours de cette réunion que chaque victime a révélé ce qu’elle avait enduré. La colère est montée parmi la population et il a été décidé qu’on les attendra de pied ferme, le jour où les malfaiteurs viendront prendre leur butin. Mais ils ne sont venus que le lendemain du rendez-vous qu’ils ont fixé.
Les membres de la famille ont alors refusé de leur remettre l’argent et les animaux. Ils se sont défendus malgré les haches brandies par les deux individus. D’autant plus que tous les villageois sont venus à la rescousse, à l’appel à l’aide de la famille. Les deux malfrats ont succombé sous le nombre.
Des proches de l’un d’entre eux, habitant à Ambatomainty, dans la commune rurale d’Inanantonana voisine d’Ambohimasina, sont venus récupérer sa dépouille mortelle. Tandis que l’autre a été enterré à Antsomangana même car personne ne s’est manifesté.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter