A la une Actualités Politique

Présidentielle – Les escarmouches commencent

La publication de la liste officielle des candidats à la présidentielle semble avoir décomplexé certains d’entre eux. Les discours s’intensifient et les meetings s’enchaînent.

Déclen­cheur. La publication de la liste officielle des candidats à la présidentielle par la Haute cour constitutionnelle (HCC), a visi­blement sonné le coup d’entrée de tous les candidats dans une précampagne où tous les coups sont permis. En l’absence de règles, les prétendants à la magistrature suprême ne semblent s’imposer aucune limite pour appeler ouvertement les électeurs à voter pour eux.
Les assauts verbaux contre les adversaires ont commencé. S’étant limité aux tournées politico-religieuses, jusqu’à l’annonce officielle de sa candidature, le 19 août à Toamasina, Marc Ravalo­manana, porte-étendard du parti Tiako i Mada­gasikara (TIM), est passé à l’offensive, samedi. Tout en tenant un discours de programme, l’ancien chef d’État ne s’est pas privé pour écorcher la gouvernance des deux Présidents qui l’ont succédé.
Andry Rajoelina, candidat du parti Tanora Malagasy vonona (TGV), lui est sur le front depuis plusieurs semaines. Il était, notamment, à Fandriana, durant le week-end. Dans ses meetings, les invectives à l’endroit de ses adversaires étaient légions. D’autres candidats s’y sont également mis, même Hery Rajaonarimampianina, président de la République, porte-fanion du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM).
Dans une partie de son discours, le locataire d’Iavo­loha a fustigé ses détracteurs, hier, à Fianarantsoa. Les candidats, toutefois, essaient de garder une certaine retenue dans leurs propos. Ce sont surtout, leurs partisans qui sont les plus virulents.

Principes fondamentaux
Sur les réseaux sociaux, par exemple, les débats et les passes d’armes, pour plusieurs, virent aux insultes entre les ouailles de quelques prétendants à la magistrature suprême. Les injures sont, aussi, adressés directement aux candidats. Sous un certain angle, l’absence de cadre juridique balisant la précampagne est une bonne chose, selon les observateurs.
Il permettrait de prendre de l’avance pour exposer les programmes des candidats, étant donné qu’un mois de campagne électorale officielle serait insuffisant. Seulement, en l’absence de règle, une anarchie tend à s’imposer tacitement. La loi organique sur le régime général des élections impose pour la période officielle de campagne électorale le respect de l’unité nationale et du Fihavanana malgache.
Le texte dispose, aussi, le respect de l’intégrité physique, de l’honneur et de la dignité des candidats et des électeurs, ou encore, celui de l’intégrité de la vie privée, ainsi que, la non-incitation à la haine et à la discrimination. L’am­biance de la précampagne passe outre, pourtant, ces principes fondamentaux, prévus par la loi organique précitée. Ces balises sont posées pour préserver l’apaisement et l’accep­tation par tous de l’issue du processus électoral car Madagascar est toujours dans l’apprentissage de la démocratie, selon les explications.
D’autres principes fondamentaux, que sont la neutralité de l’administration et l’impartialité des lieux de culte sont, aussi, mis à l’index, actuellement. Bien qu’il soit toujours Président en exercice, les inaugurations et sorties politiques à profusion du candidat Rajaona­rimampianina, se confondent de plus en plus avec des meetings de propagande.
Des événements diffusés en direct sur les médias nationaux et dominant leurs journaux télévisés et radiodiffusés. Des ministres s’y mettent aussi, pour le compte de leur camp politique respectif. Des candidats comme Fanirisoa Ernaivo, du parti Zanak’i Madagasikara (ZAMA), par exemple, dénonce ces faits qui trancheraient avec l’article 46 de la Constitution.
« Il est interdit à toute personnalité exerçant un mandat public ou accomplissant des fonctions au sein des institutions candidate à l’élection présidentielle, d’user à des fins de propagande électorale, de moyens ou de prérogatives dont elle dispose du fait de ses fonctions », prévoit l’alinéa 4 de cette disposition. Une interdiction qui pourrait, pourtant, ne prendre effet qu’en période de campagne officielle.

9 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • c’est ce que j’appelle « la démocratie du désordre »
    au pays, tout est interdit mais tout est permis…et pourquoi donc ne pas en profiter !

    • Je trouve que ce n’est pas du tout de la démocratie qu’on pratique, en politique, à Madagascar.
      Je ne sais pas comment on va l’appeler…
      … « le bordel » tout court? …. mais camouflé.

      J’ai une théorie : Le monde politique est froid. Les politiciens sont absorbés dans leur calculs politiques.
      Savoir faire les calculs c’est bien … très bien même. C’est l’affaire de la « RAISON » (l’homme-rationnel).

      Cette froideur c’est le monopole/domination des calculs politiques.
      Il faut dire que l’homme est corps, esprit, cœur et âme.

      Vouloir servir le peuple est mieux. C’est l’affaire du « CŒUR » (l’homme-sentiment/cœur/ émotion).
      Notre politique serait pas si « froide » et serait au contraire plus « humaine » si on est plus humain (non seulement corps et esprit… mais cœur et âme) en faisant la politique.
      C’est apparemment absurde…
      Ce sont les idées absurdes qui s’avèrent être les vraies solutions.

      Débat ouvert…

  • ny tian’ny vahoaka angatahany aminareo kandida dia ny mba hanarahanareo ny lalàna napetraka sy ny tsy hanaovanareo toky fitaka sy fitaovana azy fotsiny. Satria efa fantatra fa misy ireo mpirehareha sy mpanao kobaka am-bava fotsiny.

  • Dia lasa aiza izany ilay lalàna izay napetraka? jereo tsara fa raha misy ny tsy fitovian-kevitra dia mety hisy indray ny korontana. Maro ireo olona no tsy liana intsony amin’ny ataon’i Rajoelina fa efa tena maro loatra ny fanakorontanana vitany.

  • Ny tsy fisian’ny lalàna akory tsy midika oe malalaka 100% ka samy hanao ze tiany atao! Ny toe-tsaina sy ny fitondrantenan’ny kandidà tsirairay no tena takiana @zany satria isany manan-danja lehibe ho an’ny malagasy ny fananana izany!

  • hita aloha ankehitriny efa samy mampiseho hery daholo ireo kandida tsirairay fa ny vahoaka mila mahai mijery tsara ny kandida manana tetik’asa matotra hampandrosoana ny firenena .

  • Zavatra efa fahita izao rehefa akaiky fifidianana,samy manao ze hahababo ny fon’ny vahoaka avokoa ny kandidà, samy midoka ny azy. Singaniko manokana amin’izany ny filoha izay am-perin’asa satria andraikitra ny azy no hitetezany faritra hitafatafana amin’ny vahoaka fa tsy sanatria akory fampielezan-kevitra.

  • Hita fa samy manao izay handreseny lahatra hifidy azy daholo ireto kandidat fa misy kosa dia hita mibaribary fa tena resaka feno lainga sy fitaka fotsiny no ataony, i Rajoelina no voalohany amin’izany. Tsy mendrika olona tahak’izany isika

  • Mety misy mahatsara azy ilay propagandy alohan’ny fotoana raha ny hevitro mba afahan’ny mpifidy malagasy mijery tsara sy mandanjalanja ny programan’ny kandida rehetra .
    Raha ilay 1 volana voalazan’ny lalàna mantsy dia tsy ampy mihintsy hany ka lasa mifidifidy fahatany ny olona ary lasa ny tee-shirt sy ny fizarana zavatra no zava-dehibe fa tsy ny tsangan-kevitra.
    Ny lalàna no ovana ka atao 3 na 4 volana ny propagandy afahan’ny kandida mitety an’i Madagasikara ary ho tratra eo ny mpanao kobaka am-bava.