A la une Politique

Présidentielle – Voahary Gasy demande la disqualification de trois candidats

Suite à la publication d’un rapport international sur le trafic de bois de rose, Transparency International et l’Alliance Voahary Gasy réclament la disqualification de trois candidats à la présidentielle.

Cesser l’impunité. Cette phrase résume les réactions de la société civile sur le rapport d’investigation publié par le centre d’étude sur la corruption et des crimes organisées (OCCRP).
Transparency Inter­national-Initiative Mada­gascar (TI-IM) et l’Alliance Voahary gasy (AVG) ont tenu une conférence de presse à l’hôtel le Grand Mellis Analakely , hier. Les interventions tirent une sonnette d’alarme sur la perte de la couverture forestière à Madagascar qui est passé de 16 millions à 8millions d’hectares en cinquante ans.

« La destruction s’est accélérée sous les trois régimes qui se sont succédés. (…) Marc Ravalomanana, Andry Nirina Rajoelina et Hery Rajaonari­mampianina ont contribué à cette destruction. Ainsi, nous exhortons la Haute cour constitutionnelle (HCC) à invalider la candidature de ces trois personnes », s’insurge Ndranto Razakamanarina, président du Conseil d’administration de l’AVG.
Les membres de la société civile appuient leur argumentation sur l’article publiée par l’OCCRP. À travers des graphiques, les intervenants ont démontré la convergence entre le rythme de la destruction de la couverture forestière et le recul du classement de Madagascar sur l’Indice de perception de la corruption (IPC) entre 2009 et 2013.

Les mesures prises par les dirigeants de l’époque ont accéléré les coupes illégales de bois précieux et ont conduit à une déforestation massive. « En janvier 2009, le gouvernement de Marc Ravalomanana a sorti un arrêté interministériel autorisant treize personnes à exporter des bois de rose. La même année, au mois de septembre, Andry Nirina Rajoelina a également ajouté trente-et –un opérateurs dans la liste et c’est le ministre des finances et du budget de l’épo­que Hery Rajaonarimampianina qui a signé cette autorisation », poursuit Ndranto Razakamanarina.

Les réactions de la société civile sur la demande d’invalidation de la candidature de Marc Ravalomanana, Andry Nirina Rajoelina et Hery Rajaonarimampianina semblent être tardives. Le décret relatif au calendrier électoral adopté par le gouvernement prévoit la publication de la liste définitive des candidats retenus « cinq jours au plus tard après la clôture de la date de dépôt ».
Toutefois, la HCC a publié la liste définitive dès le lendemain de la date butoir. Or, les décisions de la HCC sont irréversibles. Par ailleurs, l’article 119 de la Constitution dispose que : « La Haute Cour Constitutionnelle peut être consultée par tout Chef d’Institution et tout organe des collectivités décentralisées… ». Ainsi, les organisations de la société civile ne sont pas mieux placées pour demander l’invalidation de ces trois candidats.

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • « or les décisions de la HCC sont irréversible. »
    Vous avez oublié le « si la décision ne va pas à l’encontre du droit commun, au vu d’apport de nouveaux éléments, qui ont lieu antérieurement ou postérieur à la clôture de la décision.
    Autrement la HCC devient une réunion dictatoriale. Et ce n’est pas sa fonction.

  • Affirmer que les 3 anciens dirigeants sont les responsables de la destruction de forets est une affirmarion « gratuite » pour moi. La foret est entrée dans un spirale de dégradation que seule une mobilisation de toute la société malagasy pourrait inverser. Le prélèvement des bois de rose, bien que illégale, n’a pas causé la disparition directe de foret. Mobilisation sous forme d’un engagement d’une Haute Autorité tel qu’un Président (cf la période Tsiranana avec les forets de Manankazo, Matsiatra,…) avec mise a disposition de moyens. Le challenge n’est pas une lutte contre la destruction, mais une course pour proposer plus de forets utilisables (bois d’énergie, bois de construction, meuble…) et laisser les forets naturelles tranquilles.

  • Ny kary ve no nanao ny nataony dia ny saka koa no hotapahan-drambo? ny fitondrana teo aloha no tsy nahomby sy nanao gaboraraka dia ny rehetra no tafiditra na dia efa nanao ny ezaka mifanandrify @zany aza??? Mba mahaiza mametraka fomba fijery tsara eh!