Editorial

Eni…ièmes palabres

Deux jours de forum avec des experts internationaux pour creuser les méninges et chercher des idées pour développer Madagascar. Rien de concret donc mais du verbiage et des élucubrations pour épater la galerie. C’est d’autant plus bluffant que deux qui ont mis à sac le pays, pillant les magasins et les richesses nationales à travers les trafics de bois de rose et d’or, incendiant les infrastructures, il y a presque dix ans , prétendent et se vantent aujourd’hui avoir la clé et le sésame pour sauver le pays. C’est encore plus révoltant quand on entend celui qui a rédigé à la main le décret de passation de pouvoir à la Transition qui allait enfoncer le pays dans les profondeurs de la pauvreté et de l’anarchie, donner une leçon de droit et fustige le président de la République dont il est le conseiller. Pour quelqu’un qui manque d’éthique et de droiture, difficile de faire mieux.
Qu’est-ce qu’on peut donc attendre de ce forum sinon des plans sur la comète. On connaît les problèmes, les blocages au développement de Madagascar. Ils sont tellement simples. Il ne faut pas sortir des grandes écoles étrangères pour maîtriser les écueils et en dénicher les solutions. Des pays comme le Rwanda, l’Éthiopie ou l’Ouganda ont montré que le développement ne tient qu’à un mot, la volonté. Il y a trente ans, ils étaient parmi les pays les plus pauvres au monde. On n’a jamais connu une situation de famine comme vécue par l’Éthiopie dans les années 80, ni les affres de la guerre civile comme le Rwanda en 1994.
On a tout à la portée de la main pour devenir une puissance en Afrique. On connaît le potentiel du pays, ses richesses naturelles, son trésor minier, sa biodiversité unique au monde. Il suffit d’un pragmatisme, d’une rigueur, d’une vision correcte pour pouvoir décoller.
Pour augmenter les recettes fiscales et douanières, cela ne nécessite pas de la matière grise étrangère. On connaît tous les mauvais payeurs à la douane et tous les mauvais contribuables. On connaît également tous les trafiquants de bois précieux et d’or. Quelques uns et pas des moindres étaient parmi l’assistance, hier.
Pour créer des emplois, cela ne sert à rien de faire venir des experts étrangers. Il suffit à fond de pousser le secteur privé à travers des mesures fiscales incitatives et non le contraire, comme c’est toujours le cas.
Pour attirer les investisseurs, il faut établir un code des investissements adaptés au contexte du moment et qui réponde aux exigences des tendances internationales.
Pour améliorer l’éducation et la santé, il faut en finir avec l’assistanat et hiérarchiser les besoins, établir des priorités, rationaliser les moyens .
Pour augmenter la production, il faut mécaniser l’agriculture, faire en sorte que le matériel soit à la portée des producteurs. Il faut améliorer la semence et ne pas remblayer les rizières.
Il n’y a, a priori, aucun problème majeur pour qu’on ne réussisse pas à l’instar d’autres pays sauf le fait d’être une ancienne colonie française, synonyme de plusieurs tares et de retard. Tout est question d’homme. Pour le moment, à chaque crise, on a eu le malheur de faire une erreur de casting. Cette fois encore, que ce soit au parvis de l’hôtel de ville que sur le perron de l’hôtel Carlton, on a affaire aux prétendus patriotes qui ont toutes les chances de causer une eni… ème désillusion.

par Sylvain Ranjalahy 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Erreur de casting aussi lors des crises de 1991 , 2002? Fallait-il ne rien faire?
    Il y a presque 10 ans le grand argentier était notre président actuel. Il est resté à ce poste pendant 4 ans. Quatre ans a resté les mains propres? En toute objectivité tout le monde est à mettre dans le même sac. Fatalité malagasy oblige, que ce soit IEM ou Fisandratana ou autres tout n’est que verbiage pour se faire une place au soleil!