Actualités Economie

Port de Toamasina – La plus grande infrastructure jamais réalisée

Les travaux commencent normalement dans les jours qui viennent. Le port de Toamasina pèse lourd sur toute l’économie malgache.

Le plus imposant projet d’infrastructure du pays. Le plus grand port commercial de Mada­gascar qui assure 75% des marchandises domestiques et 90% des marchandises internationales. Il sera le point de rencontre de l’économie africaine et asiatique. Le Japon devient le premier bailleur bilatéral de Mada­gascar au vu du financement alloué dans ce projet : 639 millions de dollars, dont 411 millions de dollars financés par l’agence japonaise de coopération internationale (JICA). « Le projet le plus ambitieux de Madagascar depuis son indépendance », reconnaît l’ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara. Le projet d’extension vise à tripler sa capacité d’ici 2024. La première phase des travaux débutera avec le prolongement du brise-lames d’une longueur totale de 345m. La construction de blocs (dolos) de cinquante tonnes, soit deux mille unités, puis de trente tonnes, soit huit cents unités, par la suite en seront les premiers chantiers.
Presque parallèlement s’ensuivra l’augmentation des aires d’entreposage à l’intérieur du port. Les appels d’offre sont déjà lancés et 2, 5 ha seront disponibles, d’ici le mois de juin, et 5ha en totalité, d’ici la fin de cette année. Deux endroits additionnels d’une superficie de 6000m2 seront disponibles à l’intérieur du port pour transférer mille cinq cents conteneurs. La construction d’un quai à conteneurs sera achevée en 2024 et l’approfondissement des quais existants en 2026.

Secteur privé
L’infrastructure sera marquée par la technologie japonaise. Les entrepreneurs Daiho Corporation, Penta – Ocean Construction Limited sont reconnus dans le monde entier dans leur spécialité. De même que le maître d’œuvre OC Global- ECOH. L’apport du projet sur l’économie locale n’est pas à écarter. « Le secteur privé pourra quadrupler son investissement avec cette extension. Sans parler des emplois générés, les valeurs ajoutées et la position de la Grande île sera plus forte, l’interconnexion avec le reste du monde y sera assurée », a souligné le président Hery Rajaonarimam­pianina, à la cérémonie de lancement des travaux, avant-hier, au port de Toamasina. Les autoroutes apparaîtront le long du littoral Est pour fluidifier la circulation reliant au port. Ce projet nous permet de faire face à la concurrence régionale et internationale. Pour l’heure, des bateaux sont encore en rade. Une situation qui justifie que le port n’est pas encore désengorgé. Le dialogue public-privé, entamé le 12 avril, a pris de nombreuses résolutions pour que ce problème impacte peu sur les différents coûts que le secteur privé doit endurer.

Mirana Ihariliva

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La Jica ( coopération japonaise) est cohérente dans sa démarche. Financements japonais, maitrise d’oeuvre japonaise, entreprises japonaises. Il y a un retour sur investissement en matière d’emploi des japonais ( cela reste un don, tout de même !) et surtout, surtout, une garantie de bon suivi, de réduction de la corruption… La maison de la Mère et de l’enfant au CHU de Majunga est un bon exemple. Dommage que les traités européens (et un passé colonial qui nous condamne a une sirupeuse hypocrisie) empêchent la France de faire de même…

  • Il est vrai que du fait du passe, la FRANCE ne pourrait qu’etre que crtiquee Si elle passait des accord bilateraux avec MADAGASCAR