Actualités Social

Langue étrangère – Le chinois incontournable

Pour la promotion de la civilisation, de la culture et de la philosophie chinoises, l’Institut Conficius de Madagascar, présent aux Universités d’Antananarivo et de Toamasina, promeut la langue et la culture chinoises. Le premier, créé en 2008, propose une formation académique et organise des cours de mandarin. « Cela fait 45 ans que la relation diplomatique sino-malgache dure et l’implantation de l’Institut Conficius, qui a vu le jour en 2008, grâce au partenariat avec l’Université normale de Jiangxi, témoigne de l’amitié et de la coopération gagnant-gagnant entre les peuples chinois et malgache. Cette langue tient une place importante dans tous les échanges. Elle est la plus répandue et devient incontournable », expose Eva Zo Rasendra, directrice malgache de l’institut.
Au début, les jeunes Malgaches rencontrent des difficultés au moment de l’initiation, mais tout dépend de la volonté et de la détermination de chaque apprenant qui acquiert une certaine aisance après plusieurs séances. Lijuan Chen, directrice chinoise de l’institut compte actuellement neuf mille étudiants et apprenants dans plus de quatre-vingt sites d’enseignement, incluant les classes Conficius, les écoles privées, les ministères, les instituts supérieurs privés et les grandes écoles d’administration. « Nous sommes fiers de l’institut de l’Université d’Antananarivo qui figure parmi les modèles car il conforte la meilleure place au niveau mondial. Les jeunes qui étudient la langue et la culture chinoises parviennent à trouver des emplois, lesquels contribuent à la croissance économique de Madagascar », exprime-t-elle.
L’obtention de la licence au niveau de cet institut se mérite. Il existe des opportunités de voyages, des bourses d’excellence allouées aux élites et celles de l’encouragement en faveur des étudiants issus de familles démunies. Cependant, le passeport pour entrer en Chine est conditionné par le test officiel de la langue chinoise HSK.
Le Pr Zuqin Wei, enseignant, reconnaît la forte capacité des Malgaches qui parlent couramment le chinois.
« Les étudiants sont intelligents et je loue leur sacrifice pour atteindre leur objectif. En Chine, nous avons un système d’achat en ligne et le mobile banking, les Malgaches s’y adaptent facilement et maîtrisent ces outils », invoque-t-il.
Zo Harimbola Ratovo­heri­manana, étudiant en L3 témoigne que, grâce à ses études en langue chinoise, il a pu s’immiscer dans la culture du kung-fu. Et un voyage en Chine lui a permis de poursuivre des stages au temple de Shaolin. Andry Harivony Rabenandro, étudiant en L3, quant à lui, a auparavant été affilié au département « Philosophie ». « Après quatre années d’études, j’ai décidé de m’inscrire en première année à l’Institut Conficius. Il y eut les cours optionnels qui ont changé ma vie et mon état d’esprit », raconte-t-il. Ces deux jeunes étudiants ont brillé lors du concours « Passerelle vers le chinois », édition 2017.
Farah Raharijaona