A la une Politique

rapport sur le trafic de bois de rose – Des candidats à la présidentielle éclaboussés

Des journalistes ont mené une enquête sur le trafic de bois de rose à Madagascar. Se faisant passer pour des trafiquants, ils ont étayé les rouages de ce délit.
Mis à nu. « Tout ce dont vous avez besoin sont des amis en politique ». Telle est l’affirmation d’un trafiquant de bois de rose aux investigateurs du centre d’étude sur la corruption et des crimes organisée (OCCORP).
Des journalistes de cette plateforme d’investigation internationale ont mené une enquête sur la « filière » bois de rose à Madagascar de la coupe à l’exportation. En se faisant passer pour des
acheteurs chinois, ils ont eu accès à des documents
confidentiels.

« L’enquête a permis de savoir comment fonctionne le trafic de bois de rose, comment les trafiquants échappent aux contrôles et comment ils sont protégés par des hommes puissants », indique le rapport. Parmi eux figurent de hautes personnalités de l’État. Des candidats à la présidentielle sont également répertoriés.

Les journalistes qui ont mené l’enquête rappellent que le commerce de bois de rose a été florissant depuis 2007. Le trafic atteint son développement optimum entre 2009 et 2010 pendant laquelle mille cinq cents conteneurs ont été exportés.

« Quelques trafiquants sont devenus extrêmement riches. En faiseurs de roi, certains ont financé le coup d’État de 2009. Certains siègent actuellement à l’Assemblée nationale », évoque le rapport. Un fait confirmé par le projet de résolution du Parlement européen sur Madagascar (2017/2963(RSP) qui indique que « les ONG et le gouvernement des États-Unis ont accusé l’administration de la Transition d’avoir vendu du bois de rose illégalement en Chine (…) un grand stock de rondins de bois de rose inexpliqué a été découvert au palais présidentiel à la fin de cette période »

Gros poissons
La commercialisation des bois de rose est interdite depuis 2010. Par ailleurs, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (Cites) a reconduit, en décembre, l’embargo. Toutefois, le rapport de l’OCCORP indique que le trafic continue. « Les clients paient à l’avance 40% du montant. Cela garantit une exploitation sans interruption et l’acheminement des bois de rose dans les ports. Le contenu du navire est étiqueté comme étant de la vanille pour camoufler les marchandises», poursuit le rapport.
Malgré les scandales liés à la découverte de cargaisons entières à l’étranger, les trafiquants continuent à jouir des fruits de ce trafic juteux.

Le plus souvent, ce sont toujours les transporteurs, les manutentionnaires qui sont épinglés mais les commanditaires, bien que connus ne sont pas inquiétés. Des dispositifs sont actuellement mis en place. Les membres de la Chaine spéciale contre le trafic de bois de rose et de bois d’ébène ont prêté serment en juillet. Ils se penchent actuellement sur 79 dossiers et promettent la « chasse aux gros poissons ».

6 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Dans l’espoir que leurs candidatures soient évincés et que tous ces gros voleurs soient jugés, emprisonnés et remboursent à l’Etat l’argent volé.

    • Les candidats suspectés de ce trafic devraient subir le gel de leurs avoirs bancaires à Mada comme à l’étranger à hauteur de 50%, en attendant les conclusions de l’enquète et de leurs procès.

    • Vous même, vous aviez mené une enquête ,vous n’oseriez pas dire de qui s’agit-il ?
      Comment voulez-vous qu’on devine vos bonnets ?
      Cessez de raconter n’importe quoi si vous ne vouliez pas dénoncez .

      • Bien parlé. C’est facile de dire : on a des noms mais on ne les donnera pas. Autant ne rien dire. Dans les pays « développés » même les plus puissants sont éclaboussés quand leurs noms apparaît dans les scandales. Mais nous sommes loin d’être un pays développé, au contraire on s’enfonce!!