Actualités Region

Amborovy – Litige entre exploitants de sable et habitants

À Amborovy, les habitants n'ont pas accès à l'eau  de la Jirama et utilisent des puits.

En réponse à l’avertissement lancé par les transporteurs qui exigent l’ouverture d’une deuxième carrière de sable, les habitants de Maroala en ont bloqué, hier, l’accès.

Bras de fer entre les habitants et les exploitants de la carrière de sable de Maroala, dans le fokontany d’Amborovy. Mercredi, les transporteurs de sable ont effectué un sit-in devant le croisement de Mazava-huile pour contester la décision de n’ouvrir qu’un seul site d’extraction de sable à Amborovy.
«Nous exigeons qu’une autre carrière soit ouverte pour que l’on puisse transporter plus de sable, car la seule disponible n’arrive pas à satisfaire nos besoins. Sinon, nous allons exploiter du côté d’Ambalakida, dans le district de Mahajanga II », ont averti les conducteurs de camion.
En réponse, les propriétaires et les riverains de la carrière de Maroala ont bloqué l’accès, hier, pour empêcher les camions de passer.

Des gouffres
Ils refusent d’ouvrir une deuxième carrière car, comme convenu par les autorités, une seule est ouverte et tour à tour pendant un mois pour l’exploitation de sable. « Dès le début, nous avons rejeté l’idée d’extraire du sable autour de nos résidences, mais les autorités régionales en ont décidé autrement en autorisant l’opération. Une seule carrière est suffisante par mois et non deux», martèle leur porte-parole.
Le danger n’est pas à occulter sur cette partie du fokontany d’Amborovy car plus les camions prélèvent du sable, plus les gouffres s’approfondissent. Des trous monstrueux sont constatés autour des belles villas. Les va-et-vient des gros véhicules sont incessants toute la journée, aggravant la dégradation de la route.
Le pire est que l’accès à l’eau ne serait plus possible d’ici quelques années si l’on continue d’exploiter sauvagement et abusivement le sable à cet endroit. Certains propriétaires de terrain sont attirés par l’appât du gain et ne sont pas conscients du danger permanent. Bientôt, les puits seront taris. Déjà durant cette période d’hiver, l’eau n’arrive plus alors que dans le fokontany d’Amborovy, l’adduction d’eau de la Jirama n’est pas encore établie.