Actualités Politique

Permis biométrique – La technologie reste inopérante

« Une escroquerie ». Tel est le qualificatif utilisé par un responsable opérant sur le cas des permis biométriques. Lancé par le ministère de l’Intérieur, en octobre 2015, l’entrée des nouvelles technologies dans le domaine des permis de conduire n’aurait toujours pas apporté les résultats escomptés. « Au contraire, le sujet tend à avoir les traits d’une vaste escroquerie et de l’État et des usagers », déplore la source.
La raison serait que le code QR qui, une fois scanné par des appareils de contrôle, donne les coordonnés du propriétaire du permis de conduire, « est inopérant ». Les sources contactées pointent du doigt « une défaillance de la société privée étrangère prestataire qui a fourni la technologie ». Lors du lancement des permis biométriques, la lutte contre les fraudes et avoir « une base de données fiables et aisément consultables au niveau national et international », ont été les arguments mis en avant.
« Etant donné que le code QR ne marche pas, l’opération n’a servi à rien.», vilipende, un responsable du projet. Certains détenteurs des permis biométriques qui l’ont utilisé à l’étranger ont déjà dénoncé à plusieurs reprises le fait que les code QR ne renvoyaient vers aucune base de données. À Madagascar, les forces de l’ordre n’ont pas à disposition le matériel nécessaire pour faire le contrôle.
La défaillance de la société prestataire de service concernerait, aussi, le fait « qu’elle n’a pas encore respecté l’engagement selon lequel, elle doit fournir les appareils de contrôle aux agents de la circulation ». L’entreprise concernée aurait déjà fait part à l’État de redresser ces lacunes. « Une promesse », qui n’aurait pas encore été suivie d’acte, jusqu’ici.

Garry Fabrice Ranaivoson

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité