Actualités Social

Gare routière d’Andohatapenaka – Les gargotiers informels chassés

Interdiction. Les gargotiers informels ont été exclus par les forces de l’ordre près de la gare routière d’Andohata­penaka, hier matin. Comme il est interdit aux gargotiers informels de franchir la porte de cette gare routière, ils ont eu l’idée d’étaler les nourritures aux alentours. Et ils ont marmonné tout en enlevant leurs marmites et demandent à ce que l’Etat puisse considérer leur situation actuelle. « Nous ne savons pas où aller. Notre emplacement à Fasan’ny Karàna dépendait de la Commune urbaine d’Anta­nanarivo. Il n’y avait pas encore de discussion nous concernant », se désespère Laurette Ranivomahenintsoa, gargotier de Fasan’ny Karàna. Les habitants des alentours ont également espéré tirer profit de la présence de cette gare routière et ont commencé à mettre en place tous les ustensiles et différentes nourritures. Mais ils ont été tout de suite écartés par les forces de l’ordre.
« Le lieu où nous vendons des nourritures fait partie de notre propriété alors pourquoi les forces de l’ordre osent-ils nous exclure ? Les gargotiers réclament aussi leur droit, c’est la raison pour laquelle ils viennent ici car ils doivent nourrir leur famille. C’est injuste », fulmine Claudine Rasoarimalala, habitant d’Andohatapenaka. Certains gargotiers apportent des pâtes sèches dans des barquettes autour de la Gare routière et loin des yeux des forces de l’ordre.

Déjeuner moins cher
En plus, les utilisateurs de cette gare routière se plaignent également de la cherté de la nourriture et préfèrent prendre le déjeuner ailleurs. « Nous y gagnons au moins 3 000 ariary par jour. C’est peu par rapport à ce qu’on gagne à Fasan’ny Karàna. Nous avons aussi besoin de prendre quand même du café ou de fumer à certain moment. Alors que la nourriture vendue sur cette place est trop chère et ne correspond pas à nos pouvoirs d’achat. Entre 12h30 et 13h, nous nous faufilons vers l’extérieur pour déjeuner », annonce Jean Rakotoarisoa de la coopérative Kofitsiro. Il est souligné par Beboarimisa Ralava, ministre du Transport et de la météorologie qu’un appel d’offres est lancé pour ceux qui sont intéressés à devenir des restaurateurs dans cette gare routière. Et que cela doit suivre les normes sanitaires. Ces gargotiers informels n’ont aucune chance d’y entrer mais leur sort n’est pas encore décidé pour le moment.

Mamisoa Antonia