Actualités Region

Mahajanga – Des personnalités attaquées

De jeunes délinquants déscolarisés sèment la terreur dans la cité des Fleurs, prenant pour cible magistrat, chef de district et journaliste. Cinq d’entre eux ont été arrêtés.

Une meute de jeunes délinquants sème la terreur dans la ville de Mahajanga. Magistrat, chef de district et journaliste ont notamment été parmi leurs proies. De source auprès du commissariat central de la police nationale de la cité des Fleurs, ces jeunes délinquants, pour la plupart des mineurs, font parler d’eux dans des attaques à main armée contre les piétons, jets de pierres contre les véhicules ainsi que bagarres en bande et troubles de l’ordre public.
D’après les informations communiquées, des jeunes déscolarisés se trouvent avec ces dangereux individus. À force d’errer et de vagabonder dans la ville à toute heure, de jour comme de nuit, ils ont fini par rejoindre cette redoutable association de malfaiteurs.
Au terme d’une longue traque, les forces de police ont infligé un cinglant camouflet à cette bande organisée qui insuffle la terreur dans la ville depuis près de six mois.
Appréhendés dimanche, cinq d’entre eux ont été placés en détention préventive avant-hier, après avoir été présentés devant le parquet, près du tribunal de première instance de Mahajanga.

DES JEUNES ARMÉS
Des armes blanches ont été trouvées en leur possession. Des comparses des prévenus, se chiffrant par dizaine, continuent en revanche à sévir, et sont activement recherchés.
« Ces jeunes bandits sont très mobiles. Ils écument de nombreux quartiers de la ville, tels Antsahavaky, Mahavoky et Mahabibo », indique Tin Style, journaliste de la radio à Mahajanga.
« Lundi, des complices des cinq individus jetés en prison ont poignardé quelqu’un à Antsahavaky. Le sort de la victime est incertain. Elle est encore placée sous soins intensifs sur son lit d’hôpital », poursuit le journaliste.
« Sans foi ni loi, ces jeunes ne choisissent plus ni le moment ni l’endroit pour frapper », met en garde Tin Style.
Saisis par la frénésie de l’appât du gain facile, ces partisans du moindre effort opèrent même en plein jour à l’entendre. Les personnes susceptibles d’avoir sur eux de l’argent sont leurs proies de prédilection. Impitoyables, ils n’hésiteraient pas à planter leurs lames sur les victimes en cas de résistance pour ensuite les délester de l’argent et des objets de valeur.

Andry Manase