A la une Actualités Faits divers

Banditisme à Antanifotsy – Six personnes meurent asphyxiées

Une bande s’est montrée sans pitié à Ambatovaventy Antanifotsy. Six membres d’une même famille ont été retrouvés morts asphyxiés après leur passage.

Toute une famille décimée. Le réveil était rude pour les habitants d’Ambatovaventy Antanifotsy. Hier, six personnes, dont un couple et ses quatre enfants ont été retrou­vés mortes chez eux après le passage d’une bande armée. Les malfaiteurs ont sévi dans la nuit de mercredi à jeudi. L’intérieur de la maison des victimes a été ravagé par le feu du rez de chaussée à l’étage, mais une chambre à coucher situées dans l’aile Est du niveau supérieur a été épargnée par les flammes. D’ailleurs, aucune brûlure apparente n’a été relevée
sur les dépouilles selon les informations communiquées. Les victimes ont apparemment succombé à une asphyxie.
Les dégâts laissés par l’incendie sont importants. Vue de l’extérieur, la porte principale donnant accès dans les pièces s’est fracturée dans l’embrasement. Les fenêtres sont, de surcroît, couvertes de suie et de fumée comme si des flammes nourries par des combustibles avaient dansé dans le foyer endeuillé.
La famille qui en a fait les frais gagne sa vie dans l’agriculture. Elle tient, en plus un commerce de marchandises générales.

Versions divergentes
Le constat de la gendarmerie saisie de l’affaire révèle que l’ouverture d’une bonbonne de gaz se trouvant dans la maison pourrait être à
l’origine de cette hécatombe. Deux versions divergentes ont pourtant été, recueillies par les enquêteurs chargés de l’enquête.
Si la première privilégie un acte criminel où les malfaiteurs ont sciemment ouvert le robinet de la bouteille de butane tombée entre leurs mains pour suffoquer et tenter de brûler vives les personnes prises pour cible, le second n’exclut pas une part d’imprudence de la part des défunts, laquelle leur a été fatale. La thèse que le robinet de la bonbonne n’a pas été correctement fermé n’est pas, de ce fait, écartée.
La localité d’Ambato­vaventy est enfouie en pleine brousse, entre la commune d’Antanifotsy et celle d’Ambo­hibary. Si les deux chefs lieux de commune sont chacun dotés de brigade territoriale de la gendarmerie, le village, théâtre de ces scènes de désolation, ne dispose pas encore de démembrement de proximité.

Andry Manase