A la une Politique

Journée internationale de la francophonie – Rajaonarimampianina fier de son bilan

Bénéfique. Mada­gascar a su tirer partie de sa présidence de la Francophonie. Au-delà de la langue en partage, des opportunités sont ouvertes pour le développement de la Grande ile. Assurant actuellement la présidence du Sommet de la Franco­phonie, Hery Rajaonari­mampianina est fier de ses réalisations. Devant les chefs d’institution, des ambas­sadeurs des pays membres de l’OIF, des acteurs de la Francophonie, ainsi que des étudiants, le chef de l’État a défendu le bilan de ses deux années à la tête du Sommet aussi bien sur le plan national qu’international.
À entendre le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, lors d’une cérémonie au palais d’Iavoloha, mardi, la Franco­phonie a confirmé le retour de Madagascar dans le concert des nations. « Cela nous a permis de tenir la conférence des bailleurs et des investisseurs pour Madagascar, à Paris, début décembre 2016. Une conférence qui a reçu un accueil chaleureux des partenaires du développement de la Grande île qui ont pris un engagement totalisant plus de 10 milliards USD, dont 60 % sont aujourd’hui engagés, ou en cours d’exécution, et certains même déjà réalisés », affirme le président de la République.
La Francophonie, au-delà du partage de la langue française, dispose d’une politique et d’une stratégie. En tant que président de cette organisation, le président de la République Hery Rajaonari­mampianina en est le garant de la mise en œuvre. « À ce titre, je suis fier de citer quelques-unes des initiatives de la Franco­phonie dans ce sens : la mise en place de l’Observatoire Boutros Boutros-Gali, le plaidoyer mené par l’Orga­nisation internationale de la Francophonie (OIF) pour l’opérationnalisation de la force mixte G5 Sahel, ou encore l’organisation de la conférence des femmes de la Francophonie à Bucarest», a conclu le Président Hery Rajao­nari­mampianina.
Célébrée chaque 20 mars, la Journée internationale de la Francophonie rappelle la création de l’Agence de coopération culturelle et technique à Niamey Niger en 1970. Le thème de cette année « La langue française, notre trait d’union pour agir ».

Andry Rialintsalama