L'Express de Madagascar

Detournement de deniers publics – Un ancien ministre placé sous mandat de dépôt

Accusé de détournement de fonds, de favoritisme, de faux et usage de faux, un ancien ministre est placé en détention préventive. De nouvelles charges qui concernent également, Claudine Razaimamonjy.

Cinq-cent millions d’ariary. Tel est le montant qui aurait été détourné dans l’affaire soumise par le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO), à la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), mardi. Un nouveau dossier dans lequel Claudine Razaimamonjy, femme d’affaire, figure parmi les principaux accusés.
À ses côtés au CPAC, mardi, « un ancien ministre, des responsables du ministère des Finances et du budget et une autre opératrice économique », d’après une communication faite par le Bureau d’Ambohibao.
De sources avisées, l’ancien ministre a été placé sous mandat de dépôt à l’issue de son passage devant le juge d’instruction. « Détour­nement de deniers publics, faux et usage de faux et favoritisme », seraient les charges retenues contre cet ancien membre du gouvernement, notamment. Cet ex-ministre a déjà été déféré devant la CPAC, en août 2016, dans le cadre d’une affaire de « transfert de poste illicite ».
Il est, toutefois, expliqué que son placement sous mandat de dépôt concerne une toute autre affaire. La communication faite par le Bureau d’Ambohibao, rapporte que l’enquête sur le dossier déféré mardi, remonterait à l’année 2016, où des doléances sur « des faits suspects de détournement de deniers publics », lui ont été adressées.
« Les faits concernent cette fois-ci le détournement d’une somme d’un montant de près de cinq-cent millions d’ariary pour le paiement de fausses factures relatives à la réhabilitation d’un bâtiment public sis à Antanetibe au nom du ministère des Postes et télécommunications », indique l’infor­mation communiquée. « Cette décision veut dire que la lutte avance. Ce sont les détenteurs de pouvoir qui sont auteurs des détournements de deniers publics », réagit un acteur de la lutte contre la corruption.

Ordonnance de prise de corps
À part l’ancien ministre, une nouvelle décision de placement en détention préventive a été prononcée contre Claudine Razaimamonjy. La propriétaire de l’A&C hôtel est happée par plusieurs affaires de détournement de deniers publics en cours d’investigation auprès des branches territoriales du BIANCO. Les plus médiatisés sont les soupçons de malversations sur l’usage de subventions exceptionnelles des communes rurales

d’Ambo­himahamasina, Ialinandro et Mahasoabe, dans la région Haute Matsiatra.
Au total huit-cent cinquante millions d’ariary devant être alloués à ces trois localités, auraient été détournées de manière illicite. Les dossiers concernant les communes d’Ialinandro et Mahasoabe, ont amené à l’arrestation et placement sous mandat de dépôt mouvementé de l’hôtelière, en avril 2017. Elle a, également, été une nouvelle fois enquêtée par le juge d’instruction, en décembre dernier.

Garry Fabrice Ranaivoson