A la une Actualités Social

Toamasina – Les agents de santé pourchassés à Toamasina

La population a manifesté contre une rumeur de vaccin contre la peste. Les acti­vités de sensibilisation et de riposte ont été suspendues temporairement.

Les activités de sensibilisa­tion, de surveillance et de riposte relatives à la peste à Toamasina ont failli tourner au vinaigre, avant-hier. Les agents de santé et les bénévoles travaillant dans la lutte contre l’épidémie de peste, ont été pourchassés par des habitants furieux. Ces derniers se sont munis de bois et même de couteaux, pour les effrayer. « Des personnes malintentionnées leur ont parlé d’une campagne de vaccins contre la peste. Ils y ont cru et ont refusé de recevoir nos agents », a expliqué le Dr Raymond Rakotoarima­nanale, directeur régional de la Santé publique Antsinanana, joint au téléphone. Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo a précisé que le vaccin contre la peste n’existe pas.
Suite à cette réaction violente, la DRSP Antsinanana a décidé de suspendre temporairement les activités menées au niveau de la communauté, avant-hier. Cette suspension des activités pourrait exposer certaines personnes qui sont entrées en contact avec des malades, à la maladie, donc, engendrer l’apparition de nouveaux cas. La chimio prophy­laxie de contact et la désinfection sont obligatoires pour éviter la propagation de la bactérie.

Contrôler
La direction régionale de la Santé publique a sollicité la collaboration avec les autorités locales, à l’instar des chefs fokontany,
pour résoudre au plus vite ce problème. Hier après-midi, des équipes ont commencé à faire des descentes. « Heureusement, la situation s’est calmée », renchérit ce médecin qui assure la poursuite des activités.
À Toamasina, la situation de l’épidémie de peste est plus ou moins contrôlée. Hier, il n’y avait plus que vingt-quatre malades hospitalisés, contre une centaine à Antananarivo. De nouveaux cas de pestiférés pourraient encore ressurgir, au cas où il y aurait un manque de vigilance.

Miangaly Ralitera

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Ce que cet article lacunaire n’explique pas c’est: pourquoi les habitants menaceraient des gens qui viennent a priori prendre soin d’eux. Element primordial a la comprehension des faits, non?

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité