Actualités Social

Analamanga – Réouverture des établissements scolaires

Les responsables désignés au niveau des huit CISCO d'Analamanga ont annoncé la reprise des cours.

Les enseignants des écoles publiques dans la région Analamanga vont reprendre leurs activités. Le temps leur est compté pour préparer leurs élèves à l’examen final.

Lueur d’espoir pour les élèves des écoles publiques. Les établissements scolaires publics dans la région Analamanga redémarrent leurs activités, après avoir traîné une grève de près de trois mois. « Pour l’intérêt général des élèves malgaches, les chefs d’établissement et les chefs de zone d’administration pédagogique (ZAP) ont décidé de reprendre les cours», rapporte le directeur régional de l’Éducation nationale, Jery Andriani­lanona, à la fin de réunion des responsables d’éducation, au lycée Jean Joseph Rabearivelo (LJJR), hier.
L’organisation de cette reprise de cours commence dès ce jour, pour chaque établissement scolaire des huit circonscriptions scolaires (CISCO) de la région Anala­manga, à savoir, Avaradrano, Ambohidratrimo, Tanà-ville, Atsimondrano, Andramasina, Manjakan­driana, Ankazobe et Anjozorobe. Lundi, au plus tard, tout le monde doit être à leur poste pour rattraper les deux mois et demi de suspension d’enseignement. Chaque établissement n’a pas les mêmes rythmes. Pour certains établissements, le programme serait presque achevé. «Je n’ai pas réellement de problème, car nous avons encore plus d’un mois avant les examens. Si tout se passe comme prévu, je vais terminer le programme la semaine prochaine. Je m’attaquerai, ensuite, aux révisions », rassure un professeur de la matière Sciences de la vie et de la terre de la classe de 3e.
Des candidats aux examens officiels des autres établissements sont dans la difficulté. La matière de Philosophie aurait été à peine traitée pour des classes de Terminale dans la CISCO d’Atsimondrano.

Compte à rebours
Dans la CISCO d’Ambo­hi­dratrimo, des séries scientifiques se plaignent de la non complétude des leçons de Mathématiques. Outre les classes en fin de cycle, les enseignants n’envisagent plus de terminer le programme, car les périodes de vacances commenceront dans deux semaines. « J’ai encore besoin de deux mois pour achever le programme. Je vais plutôt me concentrer sur les révisions », lance un professeur d’Histoire-Géographie de la classe de 4e.
Le temps est compté. Il ne reste que trois semaines pour les classes de 7e, six semaines pour les classes de 3e, et huit semaines pour les classes de terminale avant le jour J des épreuves des examens nationaux.
« Il est certain que le rattrapage doit être renforcé, car les cours ont été longuement interrompus. Tous les enseignants ont leur propre stratégie pour terminer le pro­gramme », indique le directeur d’un collège d’enseignement général dans la CISCO Tanà-ville. Les résultats des examens nationaux indiqueront les impacts de cette longue grève des enseignants aux jeunes sur qui repose l’avenir du pays.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Mahafaly izany satria hiverina an-tsekoly ny zaza malagasy ary samy hahazo tombony, ny mpianatra,ny ray aman-dreny ,ny mpampianatra ary ny firenena iray manontolo.