Actualités Sport

Athlétisme – Le centre d’Alarobia en quête de financement

Besoin d’un nouveau souffle. L’athlétisme actuel est au point mort. Cette discipline peine à trouver des résultats sur le plan international ces dernières années. Cette situation s’est observée bien avant le mandat de la présidente de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA) Norolalao Ramanantsoa en 2013, mais plutôt après la fermeture du centre d’entrainement d’Alarobia.
«Avec les moyens à notre disposition, on s’est démené pour former quelques athlètes au centre d’entrainement d’Alarobia. Depuis l’année dernière, on a pu s’occuper de huit pensionnaires qui s’entrainent régulièrement à Alarobia avec la collaboration de la Fédération internationale d’athlétisme amateur», explique Norolalao Ramanantsoa, présidente de la Fédération malgache d’athlétisme.
Le centre d’entrainement d’Alarobia, auparavant, a pu fournir de grands et grandes athlètes qui ont pu faire la renommée de Madagascar sur la scène internationale. Actuellement, les responsables auprès de la FMA tentent tous les moyens pour qu’il soit le plus fonctionnel possible et, dans ce sens, produire des athlètes de haut niveau.
«L’idéal pour l’athlétisme serait de former au sein de ce centre d’entrainement d’Alarobia, deux athlètes par épreuve. Comme il y a vingt-quatre épreuves, il nous faudrait un minimum de quarante deux athlètes à former. La formation au niveau de ce centre nécessite un financement énorme car on va devoir nous occuper de la scolarité des pensionnaires qui seront âgés de moins de vingt-trois ans. Après, leur offrir un hébergement et une restauration, plus un suivi médical accentué qui suivent les normes. Il faudra financer aussi les entraineurs qui vont travailler avec eux au quotidien. Je lance ici un appel aux gens de bonne volonté, aux entreprises ou aux particuliers qui voudraient bien nous aider à redonner une nouvelle vie au centre d’entrainement d’Alarobia. C’est dans ce sens que l’athlétisme pourrait avoir, de nouveau, de bons résultats sur la scène africaine et internationale», termine Norolalao Ramanantsoa.
En attendant la manifestation des futurs investisseurs au niveau de ce centre d’Alarobia, la FMA continue à œuvrer du mieux qu’elle peut pour remplir ses obligations sur le plan national et tente d’être le plus présent possible sur la scène internationale.
Le 17 février, elle organisera le championnat national de cross-country à Arivonimamo. Ce rendez-vous sera un tremplin pour les meilleurs athlètes qui iront défendre les couleurs malgaches au championnat d’Afrique australe de cross-country les 3 et 4 mars à l’île Maurice.
En parallèle avec l’avenir de ce centre d’Alarobia, la FMA peut déjà compter sur la reprise du projet sports études, initié par le ministère de la jeunesse et des sports qui redémarrera au mois de février.
Après, dix huit athlètes sont également prévus partir en stage en Chine.

Dina Razafimahatratra