Actualités Politique

Liste électorale – Le jugement supplétif comme arme ultime

Dernière ligne droite. Le chef du gouvernement, Olivier Mahafaly Solonan­drasana, mise sur l’opération jugement supplétif pour atteindre la barre des dix millions d’électeurs. En marge d’une réunion avec des représentants du ministère de l’Intérieur, de la décentralisation et de l’aménagement du territoire, ainsi que de la Commission Électorale Nationale Indépendante, à Mahazoarivo, hier, le premier ministre a déclaré à la presse son optimisme face à ce défi. Sachant que l’on compte actuellement neuf millions cinq cent mille inscrits sur la liste électorale. « Je pense que les cinq cent mille restants seront inscrits sur cette liste car tous les chefs districts travaillent en collaboration avec la société civile, en appliquant la loi sur le jugement supplétif jusqu’au 2 février 2018. Je pense également que les résultats évolueront bientôt, en espérant même que le nombre
d’électeurs dépassera légèrement les dix millions », a-t-il déclaré. La réunion d’hier avait pour objectif de faire un état des progrès dans la course aux dix millions. « D’après la révision de la liste électorale, il y a neuf millions cinq cent mille inscrits sur la liste. Nous nous sommes penchés sur toutes les alternatives possibles pour accélérer les travaux et atteindre le nombre voulu et même le dépasser », a affirmé le premier ministre.
Selon le directeur de l’administration du territoire, Théodore Randrianiaina, plus de la moitié des districts ont communiqué leurs résultats. « Cinquante cinq mille personnes ont déjà obtenu leur carte d’identité », a-t-il affirmé. La relation du jugement supplétif à la révision de la liste électorale est que la liste des personnes ayant bénéficié du jugement supplétif sera soumise auprès des représentants de la CENI dans chaque district. Théodore Randrianiaina a souligné que le ministère de l’Intérieur ne produit pas de liste électorale. « C’est la liste du jugement supplétif que nous donnons aux représentants de la CENI. Il leur incombe ensuite de s’arranger pour la révision de la liste électorale », a-t-il attesté.

Loïc Raveloson