L'Express de Madagascar

Mettre à l’index le vrai ennemi

Les responsables de l’Église catholique à Madagascar ont eu le courage de dénoncer l’islamisme derrière le vol des cloches des églises. Le tout nouveau Cardinal n’a pas manqué de désigner le «vrai» ennemi du christianisme en terre malgache : cet islamisme rampant, dont on a commencé à entendre parler des milliers de nouvelles et subites mosquées (il faudra bien que celui qui en a donné l’autorisation rende des comptes) et dont tout le monde a commencé à voir aux guichets de nos aéroports et dans nos rues les femmes voilées de la tête aux pieds.
Je préfère, ô mille fois plus, le catholicisme classique de l’après Vatican II, à l’islamisme contemporain du wahabbisme, de l’aytollahisme, du salafisme, des frères musulmans, du hezbollah, des talibans. Les Chrétiens du XXIe siècle ne bombardent plus les statues de Bouddha, ne détruisent pas au marteau-piqueur des sculptures en Irak, ne mettent plus les gens à «la question» pour qu’ils se convertissent de force, n’envoient pas des chauffards d’Allah foncer dans une foule de femmes et d’enfants, ne peuplent pas les rues et les places publiques de femmes en burqa et autres niqab. Les filles de la Chrétienté, et celles des nations musulmanes ouvertes (ainsi que celles d’autres religions libérales), vont librement à l’école, passent une scolarité mixte, et acquièrent la Culture.
Je n’approuve pas que le cénotaphe d’Ambohiniazy en bordure du lac Itasy, cette «petite mer» (tasihanaka, tasik-anak) réceptacle des entrailles du roi Andriambahoakafovoanitany (le-roi-d’au-milieu-des-terres), soit devenue «l’îlot de la Vierge» (celle des Écritures), mais je désapprouve encore plus fortement qu’un fanatique opposé ait fracassé une statue de ladite «Sainte Vierge». Mais, pourquoi donc n’entends-je aucune condamnation venant de ces mêmes prélats, si prolixes à dénoncer la mauvaise gouvernance publique et les mauvais comportements privés, quand un Rova est volontairement incendié par un illuminé qui s’est laissé prendre Bible à la main ?
1869 n’est donc pas encore fini, quand la conversion, suivi du baptême, de la Reine Ranavalona II et du Premier Ministre Rainilaiarivony, a décidé l’autodafé des «idoles» ? À tous les ignorants qui se contentent de croire, il faudrait que chaque église enseigne qu’un Rova, c’est d’abord un lieu de mémoire, un lien d’histoire, et le tombeau des anciens princes des lieux. À quoi pensait-il s’en prendre ce Croyant fanatique ?
Il est d’autant plus curieux, regrettable et anachronique, que des Luthériens et des Calvinistes presbytériens, dont les Maîtres s’étaient levés, plusieurs siècles avant 2018, contre les excès de la pensée unique, s’érigent en cette année 2018 comme censeurs d’une stricte pensée philosophique, la Franc-Maçonnerie pour ne pas la citer. Trop souvent, leurs pasteurs parlent à tort et à travers de ce qu’ils ne connaissent pas, faute pour eux d’avoir été initiés. L’ennemi de Luther ou de Calvin, dans le Madagascar de 2018, ce serait la Franc-Maçonnerie plutôt que l’islamisme ?
Croire simplement, ce ne sera jamais mon truc. Mon principe supérieur, celui de la Miséricorde (cf. Chronique VANF, «Dieu, celui de la Miséricorde», 09.01.2015) ne s’accommodera jamais de la barbarie associée à tous les prosélytismes. Mais, le dialogue, toujours envisageable entre religions, et avec les pensées philosophiques, devrait ouvrir un chapitre fondamental : celui du savoir minimal, de la documentation nécessaire, de l’effort de connaissance aux unes et des autres.