Actualités Region

Jubilé à Toamasina – La FJKM prône pardon et réconciliation

Le président du Comité national, Marc Ravalomanana à la FJKM Tranovato Fitiavana, hier.

La célébration des cinquante ans de l’Église protestante , a débuté sous le signe de la lumière de la foi.

Le jubilé est l’occasion de restaurer ce qui a été ravagé et détruit, restaurer les terres volées à leurs propriétaires. C’est le moment de se pardonner et de se réconcilier. Sans cela, la célébration sera vaine et sans aucun sens. Fidèles protestants du FJKM, réconcilions-nous et pardonnons-nous », exhorte le vice-président laïc de la FJKM, Georges Henri Randriamamonjisoa, lors du discours du culte d’ouverture officielle  du 50e anniversaire de la FJKM, hier au temple Tranovato Fitiavana d’Anjoma, à Toamasina.
Le vice-président, le pasteur Jean-Louis Zarazaka a dirigé l’office tandis que le pasteur Roger Randriamisata, responsable de la Communication du Comité de célébration, a animé l’homélie tiré de l’épître de Paul pour les Romains. « Ne te laisses pas vaincre par le mal, mais triomphes du mal par le bien » Rom 12/21. Nous vivons le temps des mauvais jours, et beaucoup plongent et aspirent à vivre dans une vie de débauche encore, même les chrétiens, tels qu’adultère, tuerie, corruption. Nous devons remettre en cause notre comportement et notre manière de vivre. Notre lumière n’est-elle pas assez brillante et claire pour éclairer ceux qui nous entourent? La FJKM a cinquante ans, mais nous ne savons même pas démontrer notre foi. Vivons dans le bien pour hériter de la vie éternelle, mais pensons aussi à notre passage sur cette terre. Ne vous laissez pas vaincre par le mal, laissez le Christ diriger votre vie. Pardonnez et vivez pour fendre Gâ, Gloire  à  Dieu.  Le jubilé est l’occasion pour vivre une nouvelle vie et prêcher la Bonne Parole à travers vos actes, pour attirer les autres à suivre le Christ », martèle le pasteur Roger Randriamisata. 

Sous des bâches
Des milliers de membres de l’Église réformée ont suivi le culte à l’extérieur, sous des bâches et dans les grandes salles car le temple était bondé.
Le président de la FJKM Irako Andriamahazosoa Ammi, et son épouse, le président du Comité national du cinquantième, Marc Ravalomanana et sa femme, ainsi que l’ancien président de la FJKM Lala Rasendrahasina et son épouse n’avaient pas manqué au grand rendez-vous.  De même, les invités des  Pays de Galles, de l’Église réformée de la ville de Wales, l’ambassadeur des États-Unis et les responsables de l’Onudi/sida ont aussi assisté au culte hier. Mais le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a été le grand absent de l’événement religieux.

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité