A la une Actualités Politique

Conjoncture – Rajaonarimampianina face à un tournant décisif

L’affaire Claudine Razaimamonjy semble avoir affaibli le régime Rajaoanarimampianina. Ses détracteurs en ont profité pour enfoncer le clou. Quelle carte va-t-il sortir pour reprendre la main ?

La trêve pascale n’aura été que de courte durée pour le président de la République. Pire, elle aura été studieuse à Iavoloha, où la conjoncture n’est visiblement pas en faveur de l’équipe au pouvoir.Loin d’être fortuite, l’arrestation rocambolesque suivie de la mise en détention préventive de Claudine Razaimamonjy, conseillère du président Hery Rajaonarimampianina semble avoir bouleversé l’échiquier politique. Elle a atteint en plein cœur l’appareil présidentiel, qui a eu le tort de réagir maladroitement pour tenter de sauver les meubles. Mal lui en prit, puisque ses adversaires en ont profité pour enfoncer le clou et retrouver un second souffle. Le Bianco, la Chaîne pénale et le Syndicat des magistrats se sont vus grossir leur rang pas d’autres syndicats regroupés au sein d’une plate-forme. Voilà qui donne une autre envergure à la contestation, une autre force étant donné que la machine administrative pourrait désormais échapper au contrôle de l’État.

Comme toute manifestation de rue reste formellement interdite, la grève silencieuse devient une option sérieuse avec les mêmes conséquences. C’est d’autant plus probable que l’arrestation de Claudine Razaimamonjy a été révélatrice de certaines réalités.  » La conseillère du Président a été incontestablement une victime ciblée, vu que ni la personne responsable du marché public qui a décidé de lui donner des marchés, ni l’ordonnateur des dépenses du ministère concerné par les prétendus détournements de fonds n’ont pas été inquiétés, alors qu’a priori ils en sont les véritables auteurs. Au mieux des cas, Claudine Razaimamonjy ne devrait être qu’un complice. » éclaire un spécialiste du marché public.

Il est évident que pour qu’on en arrive ainsi, pour que la Présidence se laisse doubler au nez et à la barbe, il doit y avoir des forces exogènes, des défections voire des mutineries que ne justifie pas la seule honnêteté, le seul patriotisme du Bianco, de la Chaîne pénale et des magistrats. Et c’est le plus inquiétant pour Rajaonarimampianina, vu que la situation a un relent de 2009 dans le fond et dans les fonds. Il n’aurait pas vu ce coup venir, et ne dispose pas d’assez de moyens pour passer à la contre-attaque. Ses performances au niveau socio-économique restent modestes pour convaincre la population, malgré des efforts palpables comme la presque fin du délestage.  Le régime dépend totalement des subsides des bailleurs de fonds. Ces derniers n’ouvrent le robinet qu’au compte-gouttes pour des projets qui n’ont pas d’impact direct sur la condition de vie de la population et soumettent leur aide à des conditions plus ou moins contraignantes.

Tout repenser

 » Il n’y a rien à attendre des bailleurs de fonds qui, en 40 ans, n’ont fait qu’aggraver la misère avec leurs conditionnalités »,  assène un nationaliste bien connu. Il n’a pas tout à fait tort. Pourtant les bailleurs de fonds voient d’un mauvais œil toute autre recherche de soutien pour financer le développement. La récente tournée de Rajaoanarimampianina en Chine, assortie de signature de plusieurs projets de coopération a fait grincer des dents dans certaines chancelleries.  » Là c’est du concret et précis avec une autoroute entre autres projets, contrairement aux 10 milliards de dollars promis par les bailleurs de fonds en décembre à Paris, et qui reste pour le moment de l’argent virtuel », observe Marco, un jeune entrepreneur.

Le traitement de l’affaire Razaimamonjy a certainement aggravé le cas du pouvoir vis-à-vis des bailleurs de fonds, qui y voient un recul de la démocratie, un manque de volonté de lutter contre la corruption. La conjoncture  est ainsi loin d’être favorable à Rajaonarimapianina, qui se trouve à un tournant décisif de son mandat face à la mobilisation qui se forme en face. Il doit trouver une parade pour renverser la vapeur, mais ne dispose plus d’assez de cartes entre les mains. Il lui reste néanmoins le joker d’un vrai remaniement, pour donner un second souffle et surtout un nouveau visage au gouvernement. Une éventualité qui semble inévitable à un an de la présidentielle, pour laquelle sa candidature est sollicitée par son parti, le HVM. Et là vraiment, il lui faudra du hery vaovao (nouvelle force).

Herisetra

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Le RASSEMBLEMENT Citoyen pour la REFONDATION de qualité de la Gouvernance et la stratégie du Développement de Madagascar communique : Nous, enfants de Madagascar, (Raiamandreny, Ray aman-dreny, Tanora, Ankizy, sy ireo Taranaka malagasy mbola ho avy) nous avons le devoir de BIEN apprendre et COMPRENDRE ces 57 années (1960-2017) de DESTRUCTIONS préméditées calculées de Madagascar, de PILLAGE MASSIF des Ressources et des RICHESSES à Madagascar et en même temps l’ECRASEMENT du PEUPLE malagasy la TÊTE et le DOS dans ce fossé d’APPAUVRISSEMENT sauvage, d’insécurités, d’escroqueries, de peur, de privation de liberté d’expression, de diversions, de tromperies, d’EMPOISONNEMENT des ELECTIONS pour une POURRITURE PERMANENTE de nos TOUTES nos Institutions… Madame Claudine Razaimamonjy n’est qu’une personne prête-nom « personne de PAILLE » c’est LIMPIDE car derrière cette dame se cachent naïvement TROIS personnes qui organisent le DÉTOURNEMENT MASSIF et QUOTIDIEN d’argent public les abus et recèles de biens sociaux Mr Rajaonarimampianina son Premier Ministre Solonandrasana et Mr Rivo Rakotovao président de leur parti HVM financièrement OCCULTE sans AUCUN contrôle citoyen indépendant du financement. Mr Rajaonarimampianina a lui-même inventé « le projet présidentiel » sans AUCUN contrôle citoyen indépendant du financement, et plus grave encore les passations de marché OCCULTE de gré à gré des marchés aux ÉTRANGERS sans AUCUN contrôle citoyen indépendant des mouvements financiers… N’oublions jamais que Mr Rajaonarimampianina est devenu Président de la République par une élection EMPOISONNÉE par la CENI, le FINANCEMENT voyou OCCULTE sans limitation des dépenses sans AUCUN contrôle citoyen indépendant, les bulletins de vote imprimés à l’étranger et le « matériel » informatique « France-Afrique »… LA POURRITURE mais sans surprise… Et ce sont ENCORE ces BANDES de VOYOUS qui prétendent « organiser » l’élection présidentielle 2018. AUCUN pays au monde, AUCUNE Institution Internationale n’ont pour premier OBJECTIF le DÉVELOPPEMENT QUALITATIF et RÉEL de Madagascar. C’est à NOUS Enfants de Madagascar d’arrêter ces 57 Années 1960-2017 d’EMPOISONNEMENT de nos ELECTIONS de POURRITURE de nos INSTITUTIONS, de DESTRUCTION de Madagascar et d’ECRASEMENT dans l’appauvrissement du peuple Malagasy. C’est maintenant à NOUS enfants de Madagascar d’OPÉRÉR une véritable REFONDATION de qualité de nos Institutions et de mettre en œuvre une véritable Stratégie de DÉVELOPPEMENT de qualité de Madagascar.
    Pr TAHINA Johnson
    Enseignant d’Université : Professeur pluridisciplinaire d’Economie/ de Mondialisation/ de Relations Economiques Internationales/ de Droit et des Institutions/ Gestions et Management/Stratégie de développement.
    Président fondateur de Madagascar Animation Culturelle Education Citoyenne Refondation et Stratégie du Développement

    • bon courage à vous, femmes et hommes de bonne volonté… la tâche est lourde, voire impossible, hélas ! Il faut commencer par la tête mais toute la pyramide est gangrènée…