Actualités Economie

Électrification rurale – Le projet « Jiro Ve » éclaire Andranovelona

Les populations des localités reculées ont soif de développement. L’électrification solaire contribue en grande partie à assouvir ce besoin.

Pour une énergie verte et abordable. C’est dans cette optique qu’a été célébrée la journée internationale de la lumière, hier, à Andranovelona, dans la localité de Tsitakondaza. Dans le but d’augmenter le faible taux d’accès à l’électricité en milieu rural, le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, en partenariat avec ses collaborateurs, ambitionne une avancée dans la transition énergétique par la valorisation des énergies renouvelables, notamment hydrauliques et solaires.
Le projet Jiro VE (Village Entrepreneur) a été lancé dans la commune de Fihaonana. Le projet aspire ainsi à aider les localités reculées de manière à contribuer au développement socio-économique de ces villages. « Depuis que ces lampes solaires sont arrivées dans notre fokontany, au lieu de dépenser mille ariary chaque nuit pour le prix de deux bougies, nous déboursons deux cents ariary seulement pour une lampe performante », s’enthousiasme Jean Claude Randriamantena, chef du fokontany de Tsitakodaza. Depuis sa création en 2014, plus de trente milles ménage ont bénéficié de cette électrification. Un chiffre que les initiateurs du projet comptent doubler d’ici 2020.

Pré-électrification
Le projet Jiro Ve consiste à fournir de l’éclairage bon marché et écologique aux localités où la Jirama n’a pas encore la possibilité de fournir ses services. Pour une lampe, le ménage doit payer 250 ariary, contre 500 ariary pour une bougie. Chaque soir, la lampe, chargée, est livrée au domicile des membres par un franchisé recruté et formé localement. La même lampe est ramassée par ce dernier le matin pour être rechargée avec des panneaux solaires.
Selon les explications du Directeur des Energies Alternatives (DEA) auprès du MEEH, Augustin Randrianarivony : « Il s’agit d’un projet de pré-électrification. Malgré l’absence du réseau de la Jirama, la population peut déjà accéder à de l’énergie propre et renouvelable, de la lumière blanche produite par des lampes LED ». Cependant, comme toutes formes de production d’énergies renouvelables, les coûts d’exploitation de ce type de projet restent assez onéreux. Raison pour laquelle le Général Hajatiana Rasolomanana, Secrétaire Général par intérim du MEEH, a relancé l’appel aux partenaires techniques et financiers, aux investisseurs intervenant dans le secteur énergétique à prêter main forte au ministère pour améliorer le taux d’accès à l’électricité en attendant que le réseau de la Jirama puisse atteindre les localités reculées.

Harilalaina Rakotobe