Actualités Politique

Crise politique – Les parlementaires pro-pouvoir montent au front

Les parlementaires défenseurs du pouvoir ont donné leur avis devant la presse, hier, à Tsimbazaza.

Levée de bouclier. Les députés et sénateurs pro-pouvoir ont donné de la voix hier. Dans une déclaration faite dans la cafétéria de l’Assemblée nationale, Tsimbazaza, ces parlementaires sont montés au filet pour défendre le Président de la République et plaider pour le respect de la Constitution.
Dans ce sens et en affirmant que « seules les élections pourront garantir l’apaisement dans le pays », les députés et sénateurs qui forment les rangs des défenseurs du pouvoir « encouragent le dialogue entre les acteurs concernés ». Réfutant toute idée de sortie du cadre de la Loi fondamentale, les députés et sénateurs qui se sont présentés à la presse hier arguent leur position, en soutenant que « toute structure extraconstitutionnelle, suite à un coup d’État n’a fait qu’appauvrir le pays, et fait porter de lourds fardeaux à la population ».
Sur leur lancée, les pro-pouvoir réfutent la démission du chef de l’État, revendiquée par leurs pairs qui mènent les manifestations sur le parvis de l’Hôtel de ville d’Antananarivo. À entendre la déclaration d’hier à Tsimbazaza, les députés et sénateurs semblent récuser, également, l’éventualité d’une déchéance présidentielle dont la requête en ce sens a été déposée par « les députés pour le changement », auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC) le 25 avril. Les élus frondeurs, par ailleurs, réclament de la Cour d’Ambohidahy qu’elle tranche rapidement quant à leur requête.
Les pressions se multiplient à Analakely, afin que les hauts conseillers constitutionnels décident en faveur des revendications des manifestants. En réaction, les parlementaires pro-pouvoir
« réclament le respect du principe de séparation des pouvoirs», citant notamment la HCC et la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), objet des pressions des « députés pour le changement », et de leurs suiveurs. Se positionnant contre la méthodologie utilisée par leurs pairs pour mener le mouvement d’Analakely, ces élus pro-pouvoir affirment s’opposer « à la tentative de bloquer la machine administrative ».

Garry Fabrice Ranaivoson

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Ce sont ses députés corrompus au Paon d’Or
    Ils n’ont pas honte
    Tout le peuple Malgache demande le départ de Hery : ils n’ont rien à dire

  • Les pauvres n’ont que la pression de la rue pour se faire entendre. Les députés pour le changement n’ont pas raté cette opportunité pour leur revendication. Le pouvoir en place a eu le malheur de ne pas penser aux premiers besoins de la population dans ce mandat qui se termine cahin caha. Ce n’est pas à coup de miettes distribués par-ci par-là au dernier moment que la vague s’effacera

    • ça c’est ce qu’on appelle « Parler pour ne rien dire ».
      Soutenir aveuglément une cause creuse…
      Vous êtes une honte les députés « solombavan’ny HVM »…