Actualités Faits divers

Antanifotsy – Mort accidentelle d’un dahalo

La présence d’un Détachement armé de sécurité permet de réduire les actes  de banditisme des dahalo. 

L’arrestation d’un voleur des grands chemins par des militaires du DAS a été très agitée. L’individu avait voulu s’emparer de l’arme d’un soldat.

Une arrestation violente. L’accrochage entre un militaire et un individu présumé être un voleur des grands chemins réputé, un dahalo, s’est terminé par la mort tragique de celui-ci. Le bandit a été appréhendé par des éléments du Détache­ment armé de sécurité (DAS) basé à Antsahalava Antanifotsy, lundi dernier. Il aurait tenté de résister aux forces de l’ordre. S’ensuivirent une bagarre ainsi qu’une rafale d’arme automatique. L’homme, soupçonné d’avoir volé une roue de charrette, a été tué sur le coup.
Cette personne a été arrêtée à partir d’informations patiemment collectées. De fait, elle est impliquée dans le vol d’une roue de charrette, dimanche dernier à Ambatosira Antsahalova.
« L’individu est connu pour des actes de vol avec violence. Toute la population locale est même au courant de ses agissements criminels », a révélé le colonel Philibert Rakoto­nirina, chef du service de communication au sein de l’État-major de l’Armée.
« Il allait être remis à la brigade locale de la gendarmerie par le DAS et par le fokonolona quand, en cours de chemin vers le camp, il a voulu s’emparer du kalachnikov du sergent. L’échauffourée s’est terminée par les coups de feu qui l’ont tué », a-t-il rajouté à titre d’explication.

Trois balles
Le médecin-chef du Centre de santé de base de niveau II d’Antsahalava est venu constater le décès et dresser le procès-verbal dans lequel est mentionné le fait que trois balles ont atteint le présumé dahalo. Les gendarmes d’Antanifotsy n’ont pas voulu donner les détails quant aux circonstances ayant causé l’incident. Néanmoins, ils ont déclaré l’ouverture d’une enquête.
Le sergent, à l’origine des tirs, appartient au Camp militaire n°1 de la Première région militaire d’Antana­narivo.
Il reste que la mise en place des détachements armés de sécurité dans les zones rurales, où les dahalo sévissent en permanence, permet de combattre l’insécurité et d’asseoir une certaine confiance auprès de la population. En tout cas, le DAS fait partie du dispositif instauré par les Forces armées dans son organigramme et dans ses missions.

Faniry Ranaivoson