A la une Actualités Faits divers

Ihosy – Des dahalo tuent neuf villageois

Insécurité ambiante à Fandamy, Ihosy. En trois jours, des hordes de dahalo ont frappé à deux reprises, tuant neuf villageois.

Terreur à Fandamy Ihosy. En l’espace de trois jours, de véritables régiments de dahalo armés ont insufflé la terreur dans cette localité à deux reprises. Neuf morts sont dénombrés et près d’une centaine de zébus ont été dérobés. Enclavé, Fandany est enfoui en pleine brousse à près de 80 kilomètres du chef lieu de district d’Ihosy.
Perpétrée lundi en fin d’après-midi, la première attaque a été l’une des plus virulentes et meurtrières que les villageois pris pour cible n’aient jamais connue. Munis d’armes à feu, plus d’une trentaine de bandits de grand-chemin se sont abattus dans cette localité pour s’emparer d’une quarantaine de zébus. Ayant opposé une résistance, les habitants ont essuyé les tirs meurtriers des brigands mieux armés. Neuf villageois ont péri, obligeant ainsi leurs compagnons à rebrousser chemin et abandonner le troupeau aux mains des malfaiteurs. Aucune perte n’est en revanche signalée du côté des voleurs. Alertées, les forces de gendarmerie se sont lancées aux trousses des fuyards mais ces derniers ont réussi à s’évanouir dans la nature ayant gagné une longueur d’avance après le repli précipité du fokonolona.

Poursuite infructueuse
Alors que le fokontany Fandamy plongeait dans une frêle accalmie après le passage des voleurs de bétail qui ont sévi, d’autres dahalo dont le nombre dépasse le double de ceux qui venaient de sévir, ont fait parler d’eux avant-hier aux alentours de 17 heures, dans un autre village du même fokontany. Le fokonolona n’a pas fait le poids face aux voleurs de bétail armés qui se chiffraient à plus d’une soixantaine.
Une poursuite a été lancée mais elle s’avère jusqu’à maintenant infructueuse.
Le groupement de la gendarmerie nationale de la région Ihorombe est en alerte face à ces sévices de dahalo. Des éléments sont mobilisés et un dispositif a été mis en place pour contre carrer le plus vite possible les attaques.
Pour la seconde poursuite, aucun résultat n’est encore communiqué. Une source auprès de la gendarmerie nationale met en avant que le nombre ainsi que les catégories des armes utilisées par les bandits en cavale ne sont pas déterminés avec précision, d’où une extrême prudence des poursuivants.

Andry Manase