Océan indien

session de l’ihedn – Des auditeurs en formation sur la défense

Les auditeurs de la 212e session régionale de l’IHEDN sont accueillis à La Réunion et à Mayotte. À l’issue de leur formation, ils promouvront la défense nationale.L’institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) accueille 55 nouveaux auditeurs. Originaires de La Réunion, de Madagascar, de Mayotte et du Mozambique, les candidats retenus suivront trois semaines de formation. Ils découvriront notamment les installations militaires de la région, pour « plonger dans la réalité des forces qui luttent pour la sécurité du pays», comme l’explique le secrétaire général du préfet. Hier, Frederic Joram a rappelé l’objectif du dispositif aux auditeurs : «L’environnement indo-océanique est en ébullition, il est important d’en découvrir la diversité des problématiques et des enjeux.»
Cette 212e session régionale comprend un déplacement de quelques jours sur l’île au parfum. Alors que Nouméa aurait dû accueillir les brigades de l’IHEDN cette année, c’est finalement La Réunion qui a été choisie en raison du référendum qui fait débat en Nouvelle-Calédonie. Les cinquante cinq futurs ambassadeurs de la défense visiteront ainsi le chantier de la NRL avant d’assister à des conférences sur les relations internationales. Ils mèneront également des travaux sur des sujets de stratégie militaire.

Profils differents
«Les sessions existent depuis 1934. Ces dernières années, il s’agissait souvent de thèmes liés aux attentats, mais ce ne sera pas le cas, cette fois. Mais le risque terroriste est réel et n’est pas sous-estimé dans la zone océan Indien», assure le général Alexandre Lalanne-Berdouticq.
«Les crises ont changé de dimension depuis 2015, ajoute Frederic Joram. Les auditeurs feront vivre l’esprit de défense et éveilleront les consciences sur les enjeux de notre sécurité collective.» L’implication des candidats au sein d’associations faisait, par exemple, partie des critères de sélection de leur dossier. Ancien opérateur hôtelier, l’un d’eux s’intéresse particulièrement à la géo-politique : «Au moment de postuler, je suis tombé sur le thème du budget consacré à la défense nationale et ça m’a passionné. Je ne sais pas encore quelles seront les actions concrètes à mener pour diffuser la culture de la défense. Mais à l’issue de cette formation, je le saurai certainement.» À ses côtés, des médecins, journalistes, chefs d’entreprises et autres salariés se pencheront sur ce type de thématique. Des profils «de milieux différents et de toutes les sensibilités politiques», selon le chef du bureau des sessions régionales de l’IHEDN. Le général Alexandre Lalanne-Berdouticq chapeaute sa 41e et dernière session régionale.

© JIR