Magazine

Chorégraphie – La danse classique, une discipline très disciplinée

La danse classique exige de la grâce, de la souplesse et de la précision des mouvements qui s’acquièrent avec le temps et qui demandent un travail soutenu pour tout le plaisir du corps. Et c’est aussi bon pour la morale. L’âge n’est guère un obstacle pour la pratiquer.

Arianja Stéphanie Niriniaina Ramiandrasoa, Arianja pour les intimes, n’est certainement pas un cas à part. Elle a pris son premier cours de danse classique à seulement vingt ans.
« Si on a l’habitude d’entendre que certaines personnes ont commencé leur cours de danse à trois ans. Ça n’a pas été mon cas. C’était mon premier boulot, mon premier salaire qui m’a permis de payer moi-même mes cours de danse », se souvient-elle de ses débuts.
« C’était dur. Les filles avec qui j’apprenais avaient plus d’expérience que moi. J’étais maladroite. Mes mouvements n’étaient pas très bien placés. Mais avec beaucoup de motivation, çà a passé. Et j’étais surprise d’avoir été choisie par notre professeur de l’époque pour participer à un spectacle, l’année académique suivante », ajoute-t-elle.

Elle initie les petits et aide les plus grands à se perfectionner.

De l’équilibre

La danse classique peut harmoniser toute une vie. En la pratiquant, on s’amuse et en même temps on fait travailler son corps et sa mémoire, car il faut se rappeler les centaines de pas de danse à exécuter. Il y a aussi la synchronisation des mouvements quand on travaille en groupe. Tout cela contribue à un équilibre parfait et un bien-être.
« La danse classique me procure du plaisir intellectuellement et physiquement. Elle m’aide à acquérir une attitude super détendue, une allure gracieuse et une silhouette affinée », constate une jeune danseuse de dix-sept ans.

Malgré un début tardif, Arianja est devenue
professeur de danse classique à vingt-six ans.

« Lorsque je danse, c’est le seul moment de ma vie où je me sens vivre vraiment. Mon corps s’exprime et je ne pense plus à rien. Comme si je vivais dans un autre monde. Mes sentiments se diffusent à travers mes expressions corporelles», révele Arianja.
Elle s’occupe de l’initiation à la danse classique aux petits enfants et enseigne le modern jazz aux débutants à l’Académie de danse K’Art à Antanimena. Elle avoue être une fan inconditionnelle de la danseuse bulgare Denitsa Ikonomova, qui a gagné pendant trois années consécutives le concours
« Danse avec la star ». « Elle arrive, à elle toute seule, à exprimer merveilleusement toutes arcanes de la danse », commente Arianja.

Lors du spectacle intitulé « La Revue », en 2017, une figure exécutée avec deux danseurs.

Les bases

La danse classique nécessite beaucoup de discipline. Pour commencer, le respect des bases. C’est-à-dire s’échauffer comme il faut, s’étirer pour préparer les muscles du corps. Ensuite, effectuer délicatement les mouvements qu’on demande de faire. Terminer par un étirement est obligatoire. Ces bases évitent les accidents comme la déchirure, par exemple, selon les explications d’Arianja. Les figures ou les mouvements sont apparemment et souvent faciles mais parfois difficiles à exécuter. Un battement de jambe, ou une jambe qui monte, par exemple exigent plusieurs répétitions pour qu’elle soit bien positionnée là où il faut. C’est tout un travail pour lequel la patience et la rigueur sont les leitmotiv.

Prestation remarquable d’Arianja lors du spectacle de fin d’année de l’Académie de danse K’Art, en 2017.

Du rythme

Pour obtenir un meilleur résultat, il faut travailler à un rythme régulier. « Tout dépend de chaque personne. Pratiquer deux ou trois fois par semaine pendant quelques heures aide beaucoup à s’améliorer. Manger plusieurs quantités de fruits et de légumes, ainsi que boire suffisamment d’eau sont aussi nécessaires. Il faut aimer la danse et la considérer comme une amie », conseille Arianja.

Arianja pratique aussi le modern jazz.

 

La danseuse dans la posture de Joséphine Baker avec la ceinture de bananes, le temps d’un tableau.

Textes : Ricky Ramanan
Photos : Fournies

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter