Actualités Economie

Adoption de la LDIM – Bataille gagnée et non la guerre

La Loi sur le développement industriel de Madagascar (LDIM) a été adoptée à l’unanimité par le Sénat. Mais d’autres défis attendent.

Une grande première. Le secteur industriel peut enfin souffler. « Cette Loi sur le développement industriel de Madagascar permettra un réel décollage de l’industrie », déclare Fredy Rajaonera, président du Syndicat des industries de Madagascar (SIM) hier. «L’adoption de la Loi sur le développement industriel de Madagascar (LDIM) par les deux chambres parlementaires indique que les fondamentaux de la politique de développement du secteur industriel à Madagascar sont soutenus par l’État», ajoute-t-il. Des mesures incitatives et d’accompagnement figurent dans les lois de Finances 2018 et le code général des Impôts. « Les machines industrielles et autres matériels bénéficient, entre autres, d’un abattement fiscal », se félicite le président du SIM. Une clause de stabilité de 20 ans pour ces mesures d’incitation, fiscales et douanières De quoi se réjouir, vu que la LDIM permettra de rehausser la part du secteur secondaire, actuellement à 15% du PIB à au moins 25% après 2020. « Toutefois, on a gagné la bataille et non la guerre », souligne encore Fredy Rajaonera. « Il faut reconnaître que des secteurs spécifiques de l’industrie sont encore victimes de concurrences déloyales et des mesures anti-concurrentielles. Il y a encore beaucoup de passe-droit qui se font », révèle le président du SIM. L’alliance pour industrialisation durable présentée officiellement le 5 décembre dernier est par exemple un signal fort lancé à l’État pour intervenir davantage dans le développement de l’industrie.

Défis
La LDIM adoptée le 12 décembre par le Sénat, passera encore au contrôle de constitutionnalité de la Haute cour constitutionnelle (HCC) avant d’être promulguée. La mise en effectivité de l’Agence nationale pour le développement industriel (ANDI), l’organe de régulation du secteur qui aidera à son développement et à son environnement, sera la prochaine bataille. Un corps spécialisé d’inspecteurs industriels pour constater les irrégularités est indiqué voir le jour avec cette LDIM. Le Fonds national pour le développement industriel (FNDI), une structure financière destinée à appuyer les industriels dans la mise en œuvre de leurs activités est également incluse dans cette loi. La mise en place des zones d’investissement industriel, qui bénéficieront d’un abattement fiscal reste un des grands chantiers du secteur industriel.La mise à niveau des industries locales, un meilleur accès aux marchés et aux financements et une amélioration de la compétitivité des industries ainsi que la mise en effectivité d’une bonne gouvernance économique sont les grands enjeux de l’industrie. Les établissements créés dans le pays ne concernent que 5.9% des créations d’après les chiffres de l’INSTAT. Et l’État n’accorde encore que 0.7% du budget au ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé.

Mirana Ihariliva