Region

Moramanga – Les employés défendent Fanalamanga

Les syndicats et les employés s’insurgent contre toute tentative de remettre en déclin la société Fanalamanga. Ils avertissent les présumés perturbateurs.

Sans équivoque. Les quatre syndicats composés de tous les membres du personnel de la société Fanalamanga se sont réunis, vendredi dernier, pour déclarer à tous les journalistes présents à Antsirinala Moramanga, siège de la société, qu’ils s’opposent totalement contre ceux qui cherchent à semer la pagaille et le désordre au sein de Fanalamanga dans le but de stopper son redémarrage après des années de déclin causé par de mauvaises intentions et habitudes émanant de certaines personnalités.
Jusqu’ici, aucune identité sur les manifestants-perturbateurs n’a été fournie. Selon des sources au sein de la société, ces derniers se déclarent très nombreux – composés de 80% des employés, selon eux – et auraient eu l’intention de venir au siège de la société pour dégager de son poste le directeur général. En attendant leur arrivée, l’on a constaté que, de leur côté, les employés et les divers responsables les ont attendus de pied ferme. Finalement, personne n’est venu.
Par ailleurs, les membres d’un club de notables dans la localité de Mangoro ont renforcé les déclarations des syndicats en disant que « la société est en pleine amélioration non seulement pour le développement de la région Alaotra-Mangoro mais aussi et surtout pour le bien de ses employés, et pourquoi la perturber ou la stopper ?»

Contestataires
« Nous ne sommes pas d’accord avec cette idée de déranger le redressement de cette société qui est l’un des grands piliers de développement tant sur le plan régional que national. Il existe tant de réalisations qu’on peut prendre comme preuves Nous n’avons rien à reprocher à ce directeur général. C’est quelqu’un de bien », a mis en exergue un enseignant à l’adresse des contestataires qu’il accuse de trouble-fête.
Sous cet angle, la société Fanalamanga est effectivement le pilier du développement de la région Alaotra-Mangoro. Cela se confirme par la mise en place des infrastructures socio-économiques et culturelles, comme les CSB ou les écoles, la réhabilitation des routes ou encore la protection de l’environnement, entre autres.
Après quarante terribles années de difficultés administratives et financières, la société s’est redressée depuis 2015. Selon des sources bien nettes, 180 000 m3 de bois sont produits, chaque année, de la forêt de Fanalamanga. 98 % des pins mis en vente sur le marché à Madagascar viennent de cette zone.

Hery Fils Andrianandraina