Region

Boeny – Deux huileries ouvertes en 2017

Lors de la présentation des vœux, le chef de la région a dressé le bilan de l’année dernière. En fait, Boeny s’en est sorti mieux malgré la conjoncture défavorable.

Mieux vaut tard que jamais. La présentation du bilan pour l’année 2017 de la région Boeny s’est tenue, vendredi dernier, à la résidence au bord de la mer. Cette cérémonie a été également l’occasion de présenter les vœux de Nouvel An pour tous les services techniques déconcentrés (STD) et les collectivités territoriales décentralisées (CTD) de la région.
D’après le chef de la région Boeny, Jaffar Saïd Ahamad, aucune région n’a pu organiser une telle cérémonie de présentation de vœux pour raison de restriction budgétaire au niveau de l’État.
Des efforts ont été déployés pour le développement économique de la région. Ainsi, pour le secteur industriel, quarante-neuf industries ont investi plus de quinze milliards d’ariary dans la région en cinq ans. En particulier, deux nouvelles huileries viennent d’être ouvertes tandis qu’une troisième a été fermée par l’État, l’année dernière.
Par ailleurs, la filière haricot black-eyes a diminué, avec 258 000 tonnes produites alors qu’en 2016, la production avait atteint 470 000 tonnes. Au niveau de la pêche et des ressources halieutiques, une hausse de 38% de la production a été enregistrée en 2017, soit
35 078 tonnes de produits de la mer et d’eau douce. Leur exportation a également chuté de 24 %, soit 8 757 tonnes, quand la
production s’élevait à 11 328 tonnes en 2016.

Identification
L’identification des pirogues et la formation des pêcheurs ont marqué l’année précédente. Vingt-et-une formations ont été réalisées, huit cents gilets de sauvetage ont été remis aux pêcheurs de Tanambao Sotema, et près de trois mille pirogues ont été distribuées.
« La quatrième Foire économique internationale Boeny Mihonjo a accueilli plus de cinquante mille visiteurs. 45 % des participants étaient issus du secteur des PME, 6 % venant des ONG. La Comesa et Mayotte étaient aussi présentes. L’événement a pris une envergure internationale avec ces deux nouveaux participants », a mentionné Jaffar Saïd Ahamad.
De nouvelles infrastructures routières inclues dans le projet présidentiel ont été également construites à Mahajanga, dont, le fameux pont Kamoro de huit cents mètres de long, à Ambondro­mamy sur la RN 4.
En ce qui concerne la sécurité urbaine, des postes de Police sont installés dans des zones rouges, dont à Ambondromamy, à Amparehigidro et à Betamanga.

Vero Andrianarisoa