Magazine

Danse contemporaine – Le Festival 321 éblouissant de créativité et de générosité

Digne représentante de la ville de Toamasina, la compagnie Amazing compte parmi celles qui ont su éblouir le public par ses inspirations.

Une plateforme d’échange et de rencontre enrichissante pour tous les férus de danse traditionnelle et contemporaine de la Grande île. Le Festival 321 a enivré la capitale de sa poésie, ce mois-ci.

Il y a quatre ans, le Festival 321 se découvrait comme un évènement inédit en l’honneur de la danse sous toutes ses formes. S’affirmant surtout comme une plateforme d’expression et de créativité pour les passionnés de cette discipline artistique intemporelle qu’est la danse.
Initié par les compagnies Rary et Lovatiana, dans le but de promouvoir la création chorégraphique contemporaine malgache, ce festival affiche depuis un programme d’accompagnement aux créations de petites pièces en solo, en duo ou en trio. D’où la dénomination « 321 ». Il honore ainsi essentiellement la Ville des Mille, chaque année, aux alentours des mois d’août et septembre, concluant une série de formations qui débute chaque mois de janvier. Projet biennal, le Festival 321 en est, cette année, à sa troisième édition.
Si seuls des projets nationaux ont été accompagnés auparavant, pour cette fois, des chorégraphes professionnels nationaux et internationaux ont été invités à partager la scène. Retour en image donc, sur quelques moments phares de cette troisième édition du Festival 321.

Le chorégraphe Harivola Rakotondrasoa dans sa pièce« Anonymement je… », avec une écriture nouvelle, expérimentale, enrichissante, le temps de ce festival.

Création d’une nouvelle génération
Laissant la part belle à une certaine forme de pédagogie artistique à travers la danse, le Festival 321 vise à mettre en place un programme d’accompagnement chorégraphique touchant les projets artistiques en cours de construction. Les reprises de répertoire chorégraphique et les nouvelles créations à l’échelle nationale et internationale ont été également initiées. En outre, il oriente les participants dans la confirmation de soi-même en tant que créateur, en valorisant le langage, l’originalité et la spécificité de chacun. Enfin, le festival offre une visibilité au travail accompli par les participants au programme d’accompagnement, par le biais de ses diverses scènes sises dans la capitale, notamment au sein des incontournables institutions culturelles de la ville. Se déplacant entre autres de l’Institut français de Madagascar à l’Alliance française d’Antananarivo, mais aussi du Cercle Germano-Malgache au Tahala Rarihasina et au Jardin d’Antaninarenina.

L’illustre Ariry Andriamoratsiresy subjuguant le public par sa présence, ainsi que ses chorégraphies à la fois douces et ardentes.

Une pluralité de danseurs pluridisciplinaires
Pour cette troisième édition, les affiches des spectacles que le Festival 321 a proposées furent toutes copieusement bien garnies. Ils étaient ainsi près d’une cinquantaine de danseurs et de compagnies amateurs et professionnelles, cette année, à s’être relayés face au public du festival. Aussi bien des artistes représentant les autres régions de la Grande île que des chorégraphes émérites qui représentent aussi la scène artistique internationale. Tous des danseurs passionnés, avec comme principal point commun leur amour pour la danse.

Une plateforme d’échangeet de création pour les danseurs, le Festival 321 s’enrichit à chaque
nouvelle édition, dans la capitale.

 

Énergique et innovante, la danse
contemporaine surprend constamment
le public par son côté abstrait, mais néanmoins évocatrice d’un message fédérateur bien précis.

Photos : Festival 321

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité