Faits divers

Gendarmeres éxécutés à Beraketa – Capitaine Faneva frappe et tue avec ses milices

Une poignée de gendarmes et cent milices armées ont été déployés. Une boîte à chargeur dérobée a été récupérée et un suspect abattu.

Retour de manivelle. Traqués par le capitaine Fanevarison Onimihary après l’exécution de deux gendarmes à Imanombo Beraketa le jour de pâques, des dahalo retranchés ont essuyé une perte en vie humaine dans leur repaire à Ambohirotsy, une zone frontalière étranglée entre la partie Nord de Tsivory et du plateau der Mahabo. Depuis longtemps recherché par la gendarmerie, l’irréductible Retsiriry, identifié comme étant l’un des principaux instigateurs du meurtre des deux gendarmes abattus à Imanombo, a, à son tour, trouvé la mort. La boîte à chargeur du fusil Kalachnikov d’un des deux gendarmes froidement tués à Imanombo a été retrouvée en sa possession. Il y avait encore cinq cartouches dans le magasin de munitions récupéré.
L’assaut du repaire des dahalo a été lancé dans la nuit de vendredi à samedi à des heures tardives de la nuit.
«Les circonstances dans lesquelles les deux gendarmes d’Antanimora-Sud et de Beloha ont péri le jour de Pâques sont vraiment atroces. Ils se sont retrouvés coincés dans un marécage lorsque leurs bourreaux leur ont ôté la vie. L’un a été exécuté à coups de hache dans la nuque et son frère d’armes a été abattu», se désole le capitaine Fanevarison Onimihary, commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Taolagnaro.

Milices armées
«Après l’accrochage ayant coûté la vie à deux de nos hommes, nous avons intensifié les recherches de renseignements. Mis au parfum que la horde de dahalo auteurs du double homicide étaient en train de se partager leur butin à Ambohirotsy, nous avons d’emblée lancé une opération», poursuit le capitaine Fanevarison Onimihary.
À l’entendre, cent milices de l’autodéfense ainsi que des gendarmes ont été triés sur le volet pour attaquer les malfaiteurs dans leur retranchement. La plupart des dahalo qui ont pris part au vol de troupeau qui s’est soldé par la mort de deux gendarmes à Imanombo, avaient, déjà pris le large lorsque les hommes du capitaine Faneva, appuyés par l’armée des milices, ont débarqué à Ambohirotsy.
«Quatre individus embusqués ont établi une ligne de défense pour nous accueillir dans une salve de tirs nourris mais nous sommes très vite parvenus à les contenir. N’ayant pas réussi à garder leur position, trois des tireurs isolés ont pris la fuite. Le quatrième, celui qui avait la boîte à chargeur, n’a pas pour sa part survécu à la fusillade», continue le commandant de compagnie de Toalagnaro. Saisissant la balle au bond, il indique que la deuxième boîte à chargeur est localisée plus au Nord et qu’une opération de récupération est en cours.

Andry Manase