Social

Alimentation – De la farine fortifiée pour enfants malnutris

Les experts en nutrition et le chef de coopération auprès de la délégation de l’Union Européenne.

Riposte contre la malnutrition. Le 12 mars est le jour de lancement de la mise en œuvre de la fortification alimentaire à travers la farine dans le cadre d’une rencontre à l’hotel Ibis à Ankoron­drano. Huit cents enfants bénéficieront d’un suivi pendant neuf mois dans le cadre de l’amélioration de leur alimentation avec de la farine fortifiée. Il s’agit d’un projet de l’ONG internationale GRET appuyé par l’Institut de Recherche sur le Développement (IRD) et l’Union Européenne.

Le district d’Ampara­faravola est la cible de cette action qui consiste à mener une étude sur l’ajout de la farine fortifiée à l’alimentation des enfants de six à neuf mois. « C’est dans cette tranche d’âge que la croissance de l’enfant se fait rapidement. Des éléments nutritifs comme le fer, le calcium ou la vitamine D, seront rajoutés dans des quantités prévues de farine dont la distribution dans le district concerné vise à évaluer l’amélioration de la croissance infantile. Une période de neuf mois sur laquelle s’étendra l’étude de la consommation de la farine fortifiée va permettre le suivi de proximité de la situation nutritionnelle des enfants bénéficiaires », souligne le Docteur Andriamampionona Razakandrainy, chef du projet de fortification alimentaire auprès de l’ONG GRET.

L’insuffisance du sang ou anémie dont le taux de prévalence est élevé dans le district d’Amparafaravola, est un aspect de la malnutrition chez les enfants. La solution consiste alors à fortifier l’alimentation, c’est-à-dire rajouter des éléments nutritifs à un aliment pouvant permettre une croissance normale à l’enfant.

Mars 2019 à Janvier 2020
La farine est choisie car les enfants se nourrissent mieux d’aliments faciles à digérer. Un produit spécifique appelé « farine fortifiée », sera alors distribué. Réduire le taux de malnutrition et évaluer la croissance des enfants pendant la période de consommation de la farine fortifiée, tels sont les buts escomptés, dans le cadre du lancement de l’étude dans le district d’Amparafaravola. De mars 2019 à janvier 2020 s’organise alors une riposte concrète contre la malnutrition déjà alarmante.

La représentante de l’IRD signale « la dimension internationale que pourront prendre les résultats obtenus à la suite de l’étude sur la farine fortifiée pour l’amélioration de l’alimentation infantile ». Le chef de coopération au sein de la délégation de l’Union européenne, Franck Fort, évoque « la nécessité de financement d’un projet spécifique ». Dans son allocution de clôture du lancement officiel de l’étude sur la farine fortifiée, le chef de service suivi-évaluation auprès de l’Office National de Nutrition (ONN), rappelle la nécessité d’appuyer les initiatives de lutte contre la malnutrition.