Actualités Social

Action humanitaire – Une grande mission de santé se prépare

Le navire-hôpital Mercy Ships reviendrait à Madagascar. Des discussions sont en cours sur la possibilité d’une troisième mission sur la Grande île.

Retour probable du bateau-hôpital. Des milliers d’interventions chirurgicales sont prévues se tenir à Madagascar, en 2020. Les membres de l’organisation non gouvernementale (ONG) humanitaire internationale Mercy Ships envisagent de revenir sur la Grande île. Ses représentants ont discuté avec quelques membres du gouvernement, lundi, pour étudier les moyens de renouveler et d’étendre le partenariat entre les deux parties. « Le Premier ministre nous a demandé de revenir. Nous considérons cela comme un bon signe. Nous allons dans un pays qui dit ce qu’il veut pour sa population », indique Donovan Palmer, directeur général du groupe. C’était à l’hôtel Carlton Anosy, lundi, lors d’un dîner des amis du Mercy Ships, organisé par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).
Les équipages philanthropes de ce navire, en étroite collaboration avec des médecins et des paramédicaux malgaches,
réaliseront sept types d’opération. Il s’agit, entre autres, de la chirurgie plastique, de l’opération de la fente labiale, du pied bot, de la cataracte, de la fistule obstétricale et de la chirurgie dentaire, dont souffrent plusieurs Malgaches. Les chirurgies nécessitant un long traitement, comme les opérations cardiaques, seront exclues.
Le nombre des futurs bénéficiaires n’a pas été mentionné, mais les représentants de Mercy Ships promettent de « faire davantage ». Un second navire, plus important que celui qui était à Madagascar en 2014, devrait, d’ailleurs, être sur pied au moment où ils prévoient de repasser.
Mercy Ships a réalisé quatre mille opérations lourdes et quarante mille opérations dentaires, en 10 mois. « Aucun échec », a indiqué le Dr Pierre M’Pelé, directeur du Bureau Afrique. Parmi les belles réussites des précédentes missions ont été l’abolition d’un kyste de 7 kilos sur un homme qui commençait à perdre goût à la vie, suite aux discriminations de ses entourages. Ces missions ont aussi permis la mise en place d’un centre de prise en charge des femmes fistules à Toamasina.

Soins gratuits
Le renforcement de capacité du personnel de santé va de soi avec ces interventions chirurgicales. Mille quatre cent personnes ont été formées durant dix mois.
Comme aux précédentes missions, les soins seront totalement gratuits. Il y a pourtant, des chirurgiens de renom international qui participent à ces interventions. Selon Roland Decovert, membre du Conseil d’Administration, les missionnaires « doivent payer pour avoir l’honneur de travailler ». Et beaucoup de personnes autour du monde financent cette mission humanitaire.
Il appartiendra au gouvernement et à ses partenaires, ainsi, de faciliter le transport des malades jusqu’à Toamasina, où l’ancre du navire sera jeté. Ce serait le seul endroit adapté au navire. L’arrivée de Mercy Ships en 2020 risquerait de coïncider avec les travaux d’extension du port. Ce problème sera en étude.
« La santé publique est une priorité du gouvernement », lance Henry-Rabary Njaka, ministre des Affaires étrangères. Faudra-t-il attendre des missions comme celles-ci pour que tous les Malgaches puissent jouir d’un soin?

Miangaly Ralitera