Océan indien

Maurice – La COI pense à se moderniser

Le représentant de la France, Didier Robert veut améliorer la gestion actuelle et future de La COI.

En ouvrant le 33e Conseil des ministres de l’océan Indien, à Maurice, le représentant de la France engage les membres à s’engager dans les réformes structurelles de l’organisation.

«La France est très attachée à la COI, acteur incontournable de la région qui contribue, dans le respect des intérêts de chacun, à la construction solidaire et au développement durable de l’Indianocéanie. Cet espace qui nous unit, fort de son histoire, de sa culture, de ses échanges humains et commerciaux, il nous revient collectivement de le rendre encore plus fort, plus dynamique, et c’est cet objectif commun qui nous réunit aujourd’hui» a introduit le Président Didier Robert en tant que représentant de la République Française à l’occasion de l’ouverture du 33e Conseil des Ministres qui s’est tenu hier à l’île Maurice.

Au nom de la France/ Réunion, il a salué le rôle joué par la COI dans différents projets majeurs. Il a cité à l’occasion la signature de l’accord de construction et de gestion du nouveau câble à très haut débit METISS, réunissant six opérateurs privés des îles, qui permettra de renforcer la connectivité numérique
régionale. Et dans le domaine culturel, deux projets emblématiques soutenus par la COI et financés par les collectivités avec le soutien du programme INTERREG océan Indien : l’iconothèque et la phonothèque historiques de l’océan Indien.

Plan stratégique
Autre démarche saluée par le chef de la délégation France : l’adoption prévue du nouveau Plan de développement stratégique, qui réaffirme les ambitions et fixe les priorités d’action de la COI pour les quatre prochaines années. La réalisation de ces objectifs ambitieux nécessite l’engagement renouvelé des États membres et des partenaires de la COI. Didier Robert a rappelé l’engagement et le soutien décisif apporté par l’Union Européenne aux activités de l’organisation et à son fonctionnement.

Les perspectives ouvertes par la collaboration avec le Fonds vert pour le climat représentent un objet de satisfaction. La France encourage une mise en œuvre effective au plus vite, afin de permettre de mobiliser des moyens additionnels au bénéfice du Secrétariat général. « Cela ne doit néanmoins pas nous détourner de la nécessité de mener les réformes structurelles nécessaires pour améliorer la gestion actuelle et future de notre Organisation. »

La France/Réunion affiche la volonté que la COI poursuive le chemin engagé vers sa modernisation, afin de contribuer au rapprochement des cinq pays membres, et de répondre aux aspirations de leurs populations et aux défis croissants d’un monde en pleine mutation.

En conclusion, cette séance d’ouverture au nom de la France a assuré la nouvelle présidence et le Secrétariat général du soutien de la France/Réunion, dans l’intérêt des peuples de l’océan Indien.

© JIR