Social

Environnement – Le taux de défrichement de la forêt à 80 %

Malgré l’avancement de l’usage de l’éthanol, le bois est encore l’énergie la plus consommée par le Malgaches.

La forêt malgache est vulnérable. La forte consommation en bois énergie et la migration en sont les causes

Catastrophe. Le taux de défrichement de la forêt enregistré par le ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts équivaut à environ 80 %. D’après Guillaume Venance Randriatefiarison, ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, la migration en est l’une des causes de la déforestation. Certaines populations se déplacent pour trouver refuge et survie dans la forêt. D’autres se déplacent de forêt en forêt, ce qui provoque sa dégradation. Selon une source auprès du ministère, le défrichement de la forêt est de 0,5 %, chaque année. A part la migration et l’exploitation illicite des bois, la forte consommation en bois comme énergie persiste à Madagascar.

D’après Solofoniaina Rabenasolo Eric, directeur général de la forêt, 91 % du bois est utilisé pour l’énergie. 70 % de la population utilise actuellement le bois comme source d’énergie. « Sans la forêt, nous n’aurons pas d’énergie. Allons-nous alors changer cette source ou réduire la consommation ? », souligne ce directeur général. Cette question est répondue dans la stratégie nationale bois énergie (SNABE).
Cette stratégie comporte deux axes dont l’augmentation de l’offre en bois énergie et la réduction de la demande en bois énergie.

Reforestation
« Cette stratégie paraît le contraire de ce qu’il faut faire. Le rendement dans la production de charbon est évalué à 10 % actuellement. Ce qui veut dire que sur cent arbres, on ne peut recueillir que 10 % pour le charbon. Or on peut bien augmenter cela à travers les nouvelles technologies et le rendement pourrait atteindre 30 %. C’est l’augmentation de l’offre. Nous pouvons aussi réduire la demande à travers la transition énergétique, c’est-à-dire l’usage d’autres sources d’énergie », explique Solofoniaina Rabenasolo Eric.
Le ministère dans sa politique de « Directive bois énergie » promet un reboisement de 40 000 ha de bois, chaque année. Cela reste encore un grand défi pour le pays. Le ministère élabore actuellement les directives par région pour que chaque région prenne sa responsabilité vis-à-vis de la protection de la forêt. La signature de convention entre l’ONG Fanamby et le ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts hier, à Antsahavola, ne fera que renforcer les écosystèmes sensibles de Madagascar.

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité