Social

Zone Franche Tanjombato – Un Chinois détenu pour violence

Les employés d’une zone franche ont porté plainte contre leur supérieur. Ce dernier, un ressortissant chinois, est détenu au commissariat de Police à Tanjombato.

 

Tumulte dans une société textile à Tanjombato. Un ressortissant chinois, responsable dans une zone franche dans la zone industrielle Forello, a été détenu au poste du commissariat à Tanjombato, hier. Il est accusé d’avoir tabassé un des employés.

« Il lui a botté les fesses, en arrivant avec une dizaine de minutes de retard au boulot, alors qu’il venait de se rétablir d’une maladie. Nous commençons très tôt, à 7 heures du matin, et cet homme n’est arrivé qu’à 7 heures 15. La victime a reçu le coup après avoir nettoyé ses pieds au robinet. Il a trébuché par terre », témoignent les employés, en furie, qui ont porté plainte. L’inculpé aurait eu l’habitude de plaisanter avec ses employés, et ce coup de pied n’aurait pas été commis pour blesser intentionnellement cet homme.
Les employés ont été sidérés par cet acte de violence. « Lorsque nous nous sommes regroupés pour demander ce qui se passe, il nous a dispersés, ensuite, il s’est caché. C’était encore plus révoltant », reprennent les sources. C’était l’effervescence totale. Lorsque le Chinois est réapparu, ils ont lancé tout ce qu’ils avaient à la main, à son encontre. Les uns avaient des boîtes, d’autres des boulons.

Une autre blessée
Une femme se serait blessée au niveau de la tête et s’est évanouie, durant cette scène. « Nous ne savons pour le moment, si c’est le Chinois qui a causé préjudice ou les objets jetés. En tout cas, la blessée était à côté de l’inculpé. L’enquête est en cours », informe une source officielle ayant requis l’anonymat. Cette femme a été amenée d’urgence à l’hôpital pour être soignée. Son état de santé se serait amélioré.

L’information serait arrivée tard dans la soirée, au niveau du ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’administration, du travail, de l’emploi et des lois sociales. « On nous a informés qu’un Chinois, responsable d’une société à Tanjombato, a heurté des employés. Nous allons le convoquer pour procéder à une enquête. Nos agents vont effectuer une descente demain (ndlr : ce jour) », souligne Hanitra Razakaboana, directrice régionale de l’Inspection de travail Analamanga à Antsahavola. Ce ressortissant chinois risquerait l’annulation de son visa. « Tout dépend des résultats de l’enquête. L’employeur pourrait, également, être frappé d’une sanction », reprend Hanitra Razakaboana. Les employés ont d’ailleurs mentionné la violation des droits de travail, comme le non respect des heures de travail journalières. Cette affaire devrait être déferée au tribunal Anosy, ce jour.