Economie

Service – L’inclusion financière pour les régions reculées

Dans l’objectif d’améliorer l’accessibilité aux services publics, la poste véhicule la numérisation des offres financières.

Au-delà du papier. La technologie aidant, la numérisation des services est devenue essentielle à tous les niveaux. C’est à travers ce constat que la direction générale de la poste a détaillé hier les stratégies de développement de l’établissement. « Le service courrier, la philatélie en passant par les transferts de colis, constituent les services classiques fournis par la poste. Cependant, notre institution propose aussi des services financiers depuis longtemps à l’instar des transferts d’argent et des offres épargnes pour les usagers », explique Nirina Augustin Rakoto­malala, directeur général, inspecteur principal des postes. Le système de mandat classique permettant de retirer de l’argent liquide dans toutes les agences postales du pays, grâce à une attestation écrite de la poste, a été amélioré depuis peu. Avec le développement des communications en réseau, la poste a pu accélérer et sécuriser son système de transfert d’argent depuis l’année dernière. Par ailleurs, étant un établissement de service public, la poste est dans l’obligation de proposer ces offres en fonction du pouvoir d’achat de la masse populaire, raison pour laquelle, les frais des transferts et d’épargne sont au plus bas par rapport aux
autres opérateurs privés.

Éducation
Grâce au moindre frais proposé par l’établissement par rapport à ses services financiers, la plupart des utilisateurs en milieu rural se ruent vers ces offres d’épargne et de transfert d’argent à l’image de l’E-mandat ou mandat électronique. « L’E-Mandat a été instauré pour répondre au besoin d’extrême urgence des clients en matière de transfert de fonds à l’intérieur de Madagascar. Le transfert se fait par Terminal de Paiement Electronique (TPE) pour assurer un paiement instantané et en toute sécurité auprès des bureaux de poste. Le service est disponible dans plus de cent vingt bureaux de poste éparpillés dans tout Madagascar », explique Nirina Augustin Rakotomalala. La population des zones urbaines ayant déjà un penchant pour les services financiers proposés par les opérateurs de téléphonie mobile, les principaux usagers de ces services publics sont constitués de population des régions reculées à l’instar de Soalala, Besalampy, ou encore Vavatenina. «En plus de l’inclusion, l’objectif réside aussi dans l’éducation financière. L’idée étant de permettre aux plus démunis et les plus enclavés d’accéder à un service financier à l’image des comptes épargnes», conclu le directeur général.