Actualités Culture

Rossy – Palais des Sports – « Ilay hafatra » s’affirme comme fédérateur

Un grand moment d’extase et d’émerveillement ne sont que les prémices d’une année qui s’annonce festive en compagnie de Rossy. « Ilay hafatra » a gagné son pari.

Deux jours plus tard, on ne s’est toujours pas remis de cette euphorie ainsi que de cette ambiance transcendante que Rossy a partagées au palais des Sports et de la Culture à Mahamasina. Un grand concert fraternel, convivial et sensationnel qui a littéralement galvanisé le public, le temps d’un après-midi.
« Ilay hafatra », comme il l’a intitulé, a aussi bien marqué les inconditionnels de l’artiste, que l’artiste lui-même. Outre son aspect festif, dont on a eu de cesse de vanter les mérites autant dans les médias que sur les réseaux sociaux, le concert a surtout brillé par son esprit fédérateur, tout au long du week-end.
À l’image même de Rossy, Paul Bert Rahasimanana de son vrai nom, qui, sur scène brillait aussi bien par ce respect intemporel qu’il éprouve pour ses aînés que pour la jeune génération, ce fut un événement rassembleur et chaleureux « Ce concert était, pour moi, l’occasion de rendre un vibrant hommage à tous ceux sans qui je n’en serai pas là aujourd’hui. Ce fut un grand moment d’émotion que j’étais grandement ravi de partager avec le public. En outre, c’était aussi une belle prouesse que Pro Rossy est content d’avoir vécu aux côtés de Mi’Ritsoka Production » affirme-t-il.
Rassembleur, généreux et solidaire, Rossy a tenu à revisiter trente ans de carrière durant lesquels il a surtout accordé une grande place à l’enseignement à travers la musique.

Rossy2

Passage de flambeau
Des valeurs qui lui ont, d’ailleurs, valu d’être le président du Syndicat des artistes depuis trois ans. Autodidacte et débrouillard de nature, il a arboré sur scène ses diverses casquettes qui font de lui un artiste d’exception. Maîtrisant à la fois la musique et le chant, il excelle autant sur la mise en scène que sur le volet technique, sons et lumières. Ceci-étant, fort d’une humilité exemplaire, il vit son amour de la musique à travers les générations, ayant quand même beaucoup appris de ses aînés comme Ny Antsaly, Rakoto Frah, Dada Gaby de Voninavoko, Ramilison Besigara et de Tianjama.
Rossy se plaît aussi à communier avec la nouvelle génération, entre autres, avec les « Benaponga », un groupe de percussionnistes sakalava qu’il forme actuellement au Kianjan’ny Kanto. De même que la jeune Voara, petite chanteuse du groupe Fangia kalo gasy et gagnante du concours « Karahakory, karaha ok » qu’il a organisé.
Vibrant hommage à la lutte populaire, le concert a en somme, conquis par la seule force du charisme de Rossy sur scène. Fougueux et énergique, il est, désormais, dix fois gonflé à bloc pour conquérir de nouveau le Coliseum Antsonjombe pour le 1er mai, accompagné de sa camarade Joséphine et de la fine équipe de Pro Rossy et Mi’Ritsoka Production.

Toujours aussi proche de son public et de ses pairs, Rossy, a, enchanté le public par sa générosité.
Toujours aussi proche de son public et de ses pairs, Rossy, a, enchanté le public par sa générosité.

Textes : Patrick Rakotondrazaka
Photos : Claude Rakotobe